Le Salon du Livre Gourmand 2008 photos publié le dimanche 16 novembre 2008

Une femme, que je ne connaissais pas, marchait à mon encontre alors que je venais d'entrer sous la grande tente du salon. Elle me regardait, sourire aux lèvres, avec une certaine insistance. Belle ou pas (ce qui ne veut pas dire qu'elle ne l'était pas), cela n'avait pas d'importance. Il y avait belle lurette qu'on ne m'avait pas regardé de cette façon et en bon homo sapiens hétéro et flatté, j'ai sorti la poitrine tout en souriant à mon tour. Quand elle se fut suffisamment approchée de moi, elle me dit :
« Eh oui, William Lesourd, vous êtes connu.
— Tiens !?... dis-je, l'air surpris qu'elle connaisse mon nom et sentant déjà l'hémoglobine me monter jusqu'aux oreilles.
— Oui, Periblog... j'étais abonnée ; seulement je me suis désabonnée durant les élections municipales... mais rassurez-vous ajouta-t-elle en aparté, je viens toujours vous rendre visite.
— Vous êtes prof, lançais-je, à Laure Gatet ? »

Elle me répondit qu'elle enseignait dans un autre lycée (je ne me rappelle plus duquel) puis elle disparut dans la foule.

Xavier et Laure Darcos au soir de la défaite du Maire sortant de Périgueux
Le soir de la défaite : Xavier Darcos et son épouse Laure visiblement émue par la touchante éloge que son mari lui fait. © William Lesourd - PERIBLOG
Je me suis souvenu, en effet, qu'entre mars et avril mon blog avait perdu trois ou quatre abonné(e)s, en raison sans doute des positions sans équivoque que j'avais prises lors des élections municipales. Je souhaitais que Xavier Darcos soit reconduit à son poste de maire de Périgueux, afin qu'il finisse dans les quatre ou cinq ans à venir, les grands travaux qu'il avait entrepris pour aider la ville à faire face au tourisme grandissant et, pour améliorer par là-même la qualité de vie en centre ville pour tous ceux qui y vivaient ou s'y rendaient régulièrement. Bien entendu on dit – et je n'ai aucune raison de ne pas le croire – que les caisses sont vides, mais il y en a plus d'un tout de même qui, voyant que ces grands projets sont stoppés ou remis en question, commence à regretter de ne pas avoir voté dans ce sens... mais cela est une autre histoire, et puis surtout, c'est trop tard. J'avais donc reçu les notices d'annulation, et dans celles-ci se trouvaient les adresses email des personne qui s'étaient désabonnées ; normal. Je ne vous expliquerait pas les détails, mais j'ai découvert que parmi ces annulation se trouvaient deux profs de Périgueux et un artiste peintre. Quelle idée, m'étais-je dit un peu vexé. Pourquoi n'avaient-ils pas tout simplement pris part aux conversations que j'avais initiées dans le blog afin d'exposer leur point de vue (le peintre l'avait fait une ou deux fois) ? C'est ce à quoi les commentaires servent... J'étais convaincu que celles et ceux qui se désabonnaient – à moins de n'éprouver aucun intérêt pour la région – reviendraient sur le blog, ne serait-ce que par curiosité ou par obligation, car le sujet qu'ils recherchaient n'était traité nulle part ailleurs. Ce que cette prof m'avait dit en tout dernier lieu, me réconforta dans cette pensée. J'étais aussi soulagé quand elle disparut de ne pas avoir eu à déterrer les miettes de charme et d'assurance qu'il me reste pour faire la causette à une inconnue. Tant mieux... non, tant pis.

Je ne m'étais jamais rendu au Salon du Livre Gourmand auparavant, et ce fut une agréable surprise. Coté dégustation, ce fut, un fiasco ou presque en ce qui me concerne. Je ne savais pas qu'après les démonstrations des chefs, on pouvait goûter aux plats... de toute façon il y avait tellement de monde que je n'aurais pas pensé que cela eut valu la peine d'attendre. Je n'ai donc goûté qu'à : un morceau de foie gras Alsacien posé délicatement sur une tranche de baguette délicieusement croustillante (aucun reproche à faire au foie gras, sauf qu'il était un peu frais) ; une praline ; un nougat ; et une portion de banane tatin préparée par Suzy Palatin, guadeloupéenne et auteur d'un livre de cuisine : « Le meilleur des Antilles ». Selon une dame rencontrée près des gamelles, qui travaille chez Larousse, Suzy Palatin a été modèle dans le passé. Je veux bien le croire...

J'avais, avant la banane, fait la rencontre du propriétaire de Millescamps, la boutique de livres rares située à Périgueux. Henry-Pierre Millescamps avait la veille, assisté Bertrand Miallon, commissaire-priseur durant la vente aux enchères de livres rares sur les vins et la gastronomie, 9 rue Bodin à l'Hôtel des Ventes. Il avait expertisé aussi tous les livres entrés dans le catalogue. Une vente qui a produit de bien meilleurs résultats que prévu ; ce dont H.-P. était visiblement heureux... d'autant qu'une vente similaire qui avait eu lieu peu de temps auparavant dans le sud-est de la France, avait fait une très mauvaise recette, ce qui n'était pas de bon augure. Le clou de la vente, m'a t-il dit, était une collection complète du Guide Michelin allant de 1900 à 2008 ! Mais ce qui lui aurait sans doute plu aussi, aurait été de vendre ce livre très rare qu'il avait en sa possession, intitulé « Lettres sur les truffes du Piémont » que son assistante m'a présenté et qu'il estime valoir près de 3500€ (ou 5kgs de truffes périgourdines, si vous préférez, au prix de la saison. Le climat a été propice, et elles ne sont pas bien chères cette année ; toutes proportions gardées.)

Ça c'était pour samedi soir. Dimanche je me rendais au salon presqu'aussi tard que la veille. J'ai fait deux ou trois fois le tour de la tente principale, prenant en photo au passage les propriétaires des principales librairies de Périgueux : Marie Coppens de la Maison de la Presse (que je ne connaissais pas), Gérard Chastang de la Mandragore (arborant un sourire timide), Jacky Rimbault de Des Livres et Nous (quel bon jeu de mots), et enfin Nicolas Géraud de Marbot, entouré de Guy Penaud et de José Correa co-auteurs du livre illustré « Le Périgord, des Mets et des Mots ».

J'entrais enfin dans l'enceinte du théâtre même où, au sous-sol, une salle entièrement dédiée au chocolat avait été aménagée. Un monde fou s'y entassait pour assister à une présentation passionnante. Delphine Ledoux, la jeune comédienne qui nous a fait voyager à travers les époques les plus importantes de l'histoire du chocolat, nous a tous surpris par son érudition en la matière qui allait bien au-delà ce ce qu'on pouvait attendre d'elle. Elle avait une réponse intelligente et digestible à toutes les questions des petits comme des grands. Après nous avoir appris ce qu'était une « trembleuse » ou comment on extrayait le beurre de cacao (vous n'aviez qu'à être là ;-), elle terminait sa présentation en nous faisant déguster du chocolat bio et « équitable ». Pour avoir bien observé Delphine Ledoux dans ses habits d'époque, je vous assure qu'on peu manger du (bon) chocolat avec modération sans que cela fasse grossir.

Dans une autre salle au même niveau, étaient accroché les peintures de nombreux artistes. On pouvait y voir par exemple, un Christian Panissaud, aquarelliste dont je parle ici ›, un Marcel Pajot, un Maurice Melliet, poète et photographe (entre autres choses) et beaucoup d'autres artistes de la région. Les œuvres seront toutes mises en vente aux enchères le 19 novembre 2008 dès 14h00. Mise à prix : 100€. Venez nombreux avec votre carnet de chèques à l'Hôtel de Vente, 9 rue Bodin, c'est au profit des « Restos du Coeur », une bonne cause. Imaginez acquérir un Pajot pour 150 ou 200€... [ Mise à jour : il s'avère que son tableau s'est vendu bien plus cher que cela ]

Vente aux enchères 19 novembre 2008
[ Note : je me suis rendu aux enchères. Voir le billet ici ]

Ainsi se terminait ma visite au 10ème Salon International du Livre Gourmand. Au fait, à moins de considérer les alsaciens comme des étrangers (qui l'ont été, il est vrai, à deux ou trois reprises dans un passé proche...) je n'ai rien vu qui puisse justifier l'« international ».

Le Salon International du Livre Gourmand - samedi 15 novembre 2008

[1] Queue à l'entrée du salon du Livre Gourmand [2] Marbot fait face aux Des Livres et Nous
[1] Queue à l'entrée du salon du Livre Gourmand [2] Des Livres et Nous fait face à Marbot

Lires rares avec Henry-Pierre Millescamps
[1] un livre rare intitulé « Lettres sur les truffes du Piémont » [2] Henry-Pierre Millescamps, propriétaire de Millescamps, librairie de livres rares à Périgueux

José Correa interviewé par FR3 Périgord
José Correa interviewé par FR3 pour parler des livres qu'il illustre, et notamment de « Le Périgord, des Mets et des Mots » qui vient de paraître aux éditions La Lauze

Démonstration donnée par Hubert TarbouriechDémonstration de Hubert Tarbouriech
Démonstration culinaire donnée par Hubert Tarbouriech

Démonstration de Suzy Palatin - cuisine des Antilles
Démonstration donnée par Suzy Palatin qui autrefois, fut modèle et qui vient de faire publier un livre sur la cuisine des Antilles

[1] Suzy Palatin [2] Pierre Fouquet - Escargot du Périgord
[1] Dégustation de la banane tatin préparée par Suzy Palatin [2] Pierre Fouquet - l'Escargot du Périgord

Le Salon International du Livre Gourmand - dimanche 16 novembre 2008

[1] Dame Tartine [2] Delphine Ledoux
[1] Maryse Ruher Lavaure, Dame Tartine [2] Delphine Ledoux, comédienne

Delphine Ledoux à Périgueux
[1] de bien beaux décors [2] Delphine Ledoux, comédienne

Les librairies de livres neufs ou d'occasions de Périgueux présentes lors du Salon du Livre Gourmand 2008


Honneur aux dames, puis par ordre alphabétique :
Marie-Coppens de La Maison de la Presse
Marie Coppens - La Maison de la Presse
La Maison de la Presse
Marie Coppens
11 place Bugeaud
24000 Périgueux
Tel. 05 53 53 46 30
Fax 05 53 35 08 82

Jacky Rimbault - Des Livres et Nous
Jacky Rimbault - Des Livres et Nous
Des Livres et Nous
Cathy et Jacky Rimbault
34 rue du Président Wilson
24000 Périgueux
Tel. 05 53 53 43 02
Fax 05 53 08 13 78

Gérard Chastang - La Mandragore
Gérard Chastang - La Mandragore
La Mandragore
M. et Mme Gérard Chastang
21-23 rue Limogeanne
24000 Périgueux
Tel. 05 53 53 35 40
Fax 05 53 53 95 40

Henry-Pierre Millescamps - Librairie Ancienne Millescamps
Henry-Pierre Millescamps - Librairie Ancienne Millescamps
Librairie Ancienne Millescamps
Henry-Pierre Millescamps
7, rue Saint-Front
24000 Périgueux France
Tel. 33+ 05 53 09 53 25
Fax 33+ 05 53 09 85 38

Nicolas Géraud entouré de Guy Penaud et de José Correa
Nicolas Géraud entouré de Guy Penaud et de José Correa - Marbot
Marbot Périgueux
Nicolas Géraud
21 cours Montaigne
24000 Périgueux
Tel. 05 53 06 45 20
Fax 05 53 06 45 20
Web www.librairiemarbot.com

Libellés : , , , , ,




Commentaire de Anonymous boguy , le 16 novembre 2008 23:26  

Une belle ambiance, un beau reportage et des photos à déguster avec passion!

Commentaire de Anonymous Nico , le 17 novembre 2008 17:57  

Bonjour
J'espére voir d'autres photos sur votre blog du salon du livre bravo à vous Continuez

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 18 novembre 2008 07:18  

J'ai trouvé cette édition 2008 tristounette. Moins d'exposants, moins de livres...
Des bruits circulent que ce serait le dernier salon, que c'est trop "élitiste".
Ce serait regrettable d'enlever à Périgueux un évènement qui draine du monde d'un peu partout.
C'est dommage d'avoir le label "ville touristique" et de voir toutes ces animations se réduire à peau de chagrin.
J'espère que ce ne sont que des rumeurs!
Hélène

Commentaire de Blogger Patrick , le 19 novembre 2008 19:14  

Un vrai régal ce reportage, tant par la richesse du texte, que par la qualité des photos.
A bientôt,

Commentaire de Blogger JR-Courbin , le 19 novembre 2008 23:50  

Merci W. pour cet excellent reportage. Les photos illustrent très bien un texte détaillé.
Bonne continuation à toi.
@+

Commentaire de Anonymous Martine , le 22 novembre 2008 07:56  

Je découvre votre blog très intéressant grace à Patrick. J'aime vos photos et votre plume. A bientôt

Bassillac 19eme Salon de la BD publié le vendredi 24 octobre 2008

En Dordogne, l'été indien c'est vraiment quelque chose !... la journée était splendide dimanche dernier, comme elle l'a été une bonne partie de cette semaine. J'avais décidé d'aller me prélasser à la terrasse du café de la Place, avec un grand-crème-croissant posé sur la table et le journal Sud-Ouest dans les mains. Bien sûr les informations n'étaient pas toujours réjouissantes, mais la chaleur des rayons du soleil rendaient la pilule plus facile à avaler.

Journée des Métiers d'Art

Journée des Métiers d'Art Périgueux 2008Je pensais visiter la Journée des Métiers d'Art dont les tentes se dressaient sur la place du Marché au Bois, mais je les ai trouvées vides... et pourtant l'affiche, encore collée à l'entrée disait bien que la journée se terminait le 19 octobre (nous étions le 19). La promotions de cette journée avait été bien menée : l'affiche nationale était attrayante (bravo à l'artiste), les sponsors nombreux, l'emplacement plutôt bien choisi... Je ne sais pas ce qui s'est passé. Les organisateurs auraient pu au moins laisser une affichette expliquant pourquoi l'évènement avait été écourté. [ En savoir + sur le site national des journées des métiers d'art ]

Frank K. W. Allen, Rétrospective

Frank K W Allen autoportraitAprès le café, je décidais d'aller voir s'il se passait quelque chose du coté du théâtre. Sur l'esplanade, une tente, vide elle aussi. J'entrais dans l'enceinte du théâtre ; un théâtre aussi laid à l'intérieur qu'à l'extérieur et qui a subi un incendie cette semaine (encore une armoire électrique comme au Monoprix) . Dans une des salles au sous-sol avait lieu une exposition du peintre Frank K. W. Allen (1941 - 2007). Je parlerai de cette visite dans un prochain billet.

Au cours de ma visite, je recevais un coup de fil de l'ami Francis me proposant de l'accompagner au salon de la BD à Bassillac.

19ème Salon de la Bande Dessinée à Bassillac

Le 19ème Salon de la bande dessinée de Bassillac19ème Salon de la BD à Bassillac 2008Salon de la BD à Bassillac près de Périgueux en 2008N'étant pas personnellement un amateur de bandes dessinées, je n'ai pu qu'apprécier l'ambiance bon enfant qui régnait dans le hall où étaient réunis les scénaristes, les dessinateurs et les visiteurs de tous âges. Parmi les professionnels de la BD, j'ai reconnu Pascal Rabaté, président de cette édition, que j'avais vu deux jours auparavant aux côtés de Benoît Delépine lors de la première de « Louise Michel ». [ voir ce billet ]

José Correa à Bassillac au 19ème Salon de la BD
José Correa à Bassillac au 19ème Salon de la BD
Un chat peint par José Correa pour le recueil de poèmes : Le Chat dans le texte
Ceci n'est pas ponpon - José Correa
Au détour d'une table, je rencontrais José Correa qui dédicaçait quelques uns des livres qu'il a illustrés. J'ai lu hier soir « Le Chat dans le texte » un recueil de poèmes sublimes, dont le chat enveloppé de mystère est le sujet. José Correa l'avait illustré et partiellement écrit après qu'il avait gardé durant les vacances, Mimi une siamoise de toute beauté qu'il s'était empressé de renommer, pour des raisons personnelles, Ponpon. Il s'est épris d'elle et durant un mois la croquée avec son crayon et ses brosses durant des heures jusqu'au jour où les voisins sont revenus et, par la loi de la propriété, Ponpon est redevenu Mimi... puis de nouveau Ponpon, car les chats se foutent des loi et des conventions, et elle s'était entichée de cette autre charmante maisonnée si près de son foyer principal.

José Corréra est le sujet d'un reportage au journal de 13h sur TF1 (2008)
Je m'arrêtais aussi à la table de Mariane Eskenazi (photo ci-dessous), une très jolie jeune parisienne d'à peine trente ans et vivant dans le 11ème, qui venait de publier « Le maillot rouge », son premier album... j'ai aimé le dessin net et joliment coloré, et l'histoire : le parcours initiatique d'une jeune fille qui découvre la passion et s'ouvre à la sexualité lors de vacances en bord de mer, plaira sans doute aux adolescentes et aux adolescents. [ En savoir + sur le blog de Mariane ]
[1] Pascal Rabate [2] Mariane Eskenazi à Bassilac
[1] Pascal Rabaté [2] Mariane Eskenazi

Esperanto - GROUPE ESPERANTISTE PERIGOURDIN
Le Groupe Espérantiste Périgourdin
Vers la fin de la visite je m'attardai au stand de l'espéranto afin de m'informer sur cette langue universelle. J'ai été séduit par la simplicité de cet instrument de communication. Logiquement structurée, l'espéranto est très facile à assimiler. Mais réussira-t-il un jour à détrôner l'anglais qui est aujourd'hui la langue du commerce et de la communication utilisée un peu partout dans le monde ? C'est à en douter.

Et voila... le soleil était bas sur l'horizon lorsque j'ai franchi ma porte. Belle journée, non ?Soleil couchant sur Périgueux le 23 octobre 2008
Je triche un peu en publiant un couché de soleil capturé le 23 octobre...

AMICALE LAIQUE DE BASSILLAC - SALON DE LA BANDE DESSINEE
Vice-Président chargé du salon de la BD : Matthieu DRUILLOLE
4 impasse Limogeanne
24000 Périgueux
Tel : 06.85.82.70.02
En savoir + sur le salon de la BD à Bassillac http://www.bd-bassillac.com/ ›

Groupe Espérantiste Périgourdin
17, lot. de l'Aérodrome
24330 Bassillac
Tel : 05 53 54 49 71
Portable : 06 88 74 94 78
En savoir + sur l'espéranto en Aquitaine http://esperanto-panorama.net/francio/akvitanio.htm ›

Libellés : ,




Commentaire de Anonymous Beauvert , le 25 octobre 2008 11:26  

Nous n'avons pas reçu d'infos ou de pub au sujet de ce salon pourtant intéressant !

ce devrait être le rôle des offices de tourisme de publier toutes les manifestations auprès des loueurs de gîtes ! nous sommes les promoteurs et moteurs pro du tourisme !

Je me suis renseigné au sujet des noix ! elles sont traitées comme les autres fruits (champignons, tavelure, bébêtes...) on doit donc trouver des noix bio...

et pour finir merci pour le com sur le blog de "nos" américains.
Chez moi les photos agrandies sont très correctes ! cela dépend peut être des photos ; certaines ayant davantage de pixels que d'autres ?

____________Merci pour le commentaire___________
[1] Vous n'êtes pas le premier, ni serez le dernier à vous plaindre du manque d'information de la part des organismes supposés nous informer comme l'Office du Tourisme... Les informations qu'il distribue en été par exemple sont loin d'être satisfaisantes. Mais cela peut être la faute des organisateurs de certains évènements qui font, eux aussi, un mauvais boulot de communication.
[2] Je pensais que les cerneaux étaient suffisamment protégés par la coquille et le brou (enveloppe verte)
[3]Je viens de regarder de nouveau les photos de vos amis américain (http://marcomagnifico.blogspot.com/). Non, ce n'est vraiment pas très piqué. C'est l'appareil photo ou bien c'est dû à une mauvaise utilisation du logiciel.

Commentaire de Anonymous beauvert , le 25 octobre 2008 15:28  

Périgueux recevra les 14/15/16 Novembre le salon du livre gourmand !
Cette année l'Alsace sera à l'honneur. La famille Schunck dédicacera son livre ' les repas sous l'occupation". leur précédent ouvrage sur l'exode des alsaciens en Dordogne (1940) m'a instruit et énormément ému.

http://www.livre-gourmand.fr/

Commentaire de Anonymous Rémi (Parigourdin) , le 25 octobre 2008 22:16  

Bonjour, Habitant à Paris depuis près de 3 ans, mais ayant résidé près de Périgueux pendant plus de 20 ans, je reviens encore régulièrement chez mes parents qui habitent Boulazac. Je m'y suis rendu la semaine dernière et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je suis sorti dans le centre ville vers 20h00 de ne voir personne : personne en voiture, dans les rues, les bars, les restaurants ou si peu. Que se passe-t-il ? La ville est-elle vraiment morte et dédiée uniquement à ceux qui veulent y passer une retraite paisible ? Qu'en pensez-vous ? Rémi (parigourdin).

___________Merci pour le commentaire__________
J'étais aussi de cet avis, jusqu'à cet été, durant lequel je ne savais plus où donner de la tête, tant ça bougeait dans la plupart des quartiers de la ville. Malheureusement, dû à un manque de cohésion entre les différentes associations, certains weekend étaient lents comme un dimanche de Toussaint alors que d'autres étaient totalement hectiques. Alors pour quelqu'un qui vit ici et qui a suivit les évènements d'assez près, je trouve que ça ne bouge pas mal, et j'ai été surpris de voir que cela a continué même après la période estivale. Seulement il faut être à l'affût de l'action car celle-ci n'est pas toujours visible.
Je trouve que Périgueux devient de plus en plus dynamique, grâce en grande partie à la nouvelle génération et à ceux qui ont immigré ici. Mais il ne faut tout de même pas un excès d'activité sauf en été pour préserver l'atmosphère sereine qui règne ici. W

Commentaire de Blogger barbecane , le 27 octobre 2008 14:38  

Bonjour

Je serai plus modéré sur l'activité régnante à Périgueux.
Effectivement en été, il se passe des choses.

L'animation que l'on perçoit est avant tout celle induite par l'action municipale, expos, concerts, visites, évènements, etc.

C'est une activité sous perfusion publique, car si vous l'ôtez, il n'y a plus rien. C'est ce qui est décrit par Rémi et que je constate aussi. En dehors des cadres institutionnels, l'impression de désert est patente. Sortez un mardi de novembre à 19h30 et vous verrez le désastre.

C'est tout le malaise de cette ville qui ne vit qu'en été, stimulée par les touristes et leurs devises, mais qui, en dehors d'un balisage évènementiel précis retombe illico dans sa léthargie.

C'est une ville que l'on choisit pour une retraite paisible, pas pour son essor économique et culturel. L'absence d'une réelle vie étudiante, des classes moyennes addictes à la zapette, des lobbys de retraités militant pour le silence, etc.

C'est le quotidien d'une petite ville rurale qui regarde vivre les métropoles et les capitales de Régions.

A Périgueux, on se repose, on contemple les vieilles pierres, on aime sa cathédrale et son petit commerce, et on fait la fête le 14 Juillet.

Commentaire de Anonymous LARTISTE , le 10 novembre 2008 13:42  

Je suis d'accord que Périgueux n'est pas particulièrement active, ses habitants manquent de curiosité culturelle, ce qui conduit à un cercle vicieux : j'ai dû fermer mon atelier d'artiste peintre après neuf ans d'existence par manque de visiteurs. Et toutes les galeries qui ont essayé d'exister à Périgueux ont fermé leurs portes les unes après les autres...
Pour permettre à ceux curieux de suivre l'activité de l'atelier, j'ai créé ma galerie virtuelle DECO-TABLO. Un lieu en moins, un site virtuel de plus ! Dommage, les deux auraient pu co-exister et contribuer à animer une ville qui s'endort.
______Merci pour le com______
Une pub déguisée, mais le commentaire n'est pas faux. W

Le Journal du Perigord - octobre 2008 publié le samedi 11 octobre 2008

Le Journal du Périgord - couvertureAvez-vous feuilleté dernièrement Le Journal du Périgord, la revue mensuelle dirigée par Pascal Serre ? Si oui, vous serez peut-être tombé sur une de mes chroniques exclusives, car depuis l'été dernier je collabore humblement au contenu du magazine. Ça, c'est quand bien sûr je ne tarde pas trop à envoyer ma chronique a Danièle Rigo, une des graphistes en charge de la mise en page.

Lisez la chronique d'Isabelle Barbosa
Achetez le N°165 du Journal du Périgord disponible dans les maisons de la presse depuis le début du mois d'octobre
Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Le Journal du Périgord est, comme son nom l'indique, un magazine entièrement dédié aux sujets se rapportant à notre belle région. Dedans vous y trouverez des articles écrit par des collaborateurs de talent tel que Michel LOUVOIS, Sandrine LEMASSON, Michel TESTUT, Alain ARMAGNAC, et beaucoup d'autres journalistes, écrivains, historiens etc. qui ont tous le mérite d'être des experts dans leur champ d'intérêt. Le tout est agrémenté d'une pléthore de photos souvent très belles, et même des aquarelles de José Correa.

Ce mois-ci par exemple vous pourrez entre autres choses, découvrir la vallée du Dropt, flâner sur les marchés du Périgord, vous évader à Saint-Pierre-de-Chignac, faire la connaissance de fermiers producteurs, passer un moment avec des chasseurs de palombes, visiter l'Hostellerie du Passeur aux Eyzies, et enfin si vous le désirez, lire ma chronique et savoir tout sur le drame qui a frappé Isabelle Barbosa un soir d'hiver en 2007 et comment elle a su remonter la pente.

Comment vous procurer Le Journal du Périgord ?

Le Journal du Périgord est disponible pour 5€ dans les maisons de la presse de la région.

Le Journal du Périgord
Rédacteur en chef : Pascal Serre
12, rue Fournier-Lacharmie
24000 Périgueux
Tél : 05 53 08 14 13
Fax : 05 53 08 01 19
E-mail : contact@agence-mediapress.fr
Vous pouvez commander un numéro en allant sur ce site ›

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous Beauvert , le 11 octobre 2008 12:51  

Magnifique revue sur notre Périgord.

photos superbes, entretiens interessants,un très bon guide!

Commentaire de Anonymous Beauvert , le 15 octobre 2008 22:31  

ça y est ! j'ai lu l'article sur Isabelle !
pas celle qui a les yeux bleus mais celle qui a eu le feu ...
Ragots et médisances valent moins que force et courage a voulu dire un jour notre ami La Fontaine !!!

Hygiene des mains au CH de Perigueux publié le vendredi 23 mai 2008

Souvent lorsqu'on est à l'étranger, on entend dire que les français sentent mauvais et que la raison pour laquelle nous sommes devenus les rois du parfum, c'était pour cacher les odeurs... en Angleterre par exemple, on dit que nous n'utilisons qu'un savon par an... Exagération ou pas, il est certain qu'en France, mon nez est souvent agressé par les relents de moiteur provenant de la personne devant ou derrière moi lorsque je fais la queue. Il est aussi fréquent de voir sortir quelqu'un des toilettes (des hommes en particulier) sans qu'il se soit lavé les mains. L'hygiène chez un petit nombre de nos concitoyens est un concept nouveau qui ne fait pas encore partie des automatismes. Pourtant les médias nous ont souvent dit combien il est nécessaire de prendre une douche par jour et de se laver les mains régulièrement, et particulièrement après avoir visité le petit endroit* pour y faire, ce que les anglais appellent si pudiquement, « number 1 » ou « number 2 ».

*Le saviez-vous ? Si vous placez le pointeur de votre souris sur les mots soulignés ainsi mot souligné vous verrez apparaitre des informations supplémentaires concernant le mot, l'acronyme ou l'expression.

Le Centre Hospitalier de Périgueux, un beau soir de pleine lune 2007
Le Centre Hospitalier de Périgueux par un beau soir d'été 2007
L'importance d'avoir les mains propres va évidement de soi dans les hôpitaux où les infections nosocomiales sont la cause de milliers de morts chaque année. C'est à fin de renforcer le message que le ministère de la santé lance ce vendredi, la journée nationale de l'« hygiène des mains ».

Le Centre Hospitalier de Périgueux participera bien entendu à cet événement en organisant une journée d'information et de sensibilisation à destination de ses personnels.

Pierre Cherbero peint par Pablo
Landru ? non Cherbero
Pablo, peintre
Pablo, artiste peintre
Afin d'animer les bulles de savon, mon ami le peintre Pablo réalisera une œuvre originale en musique accompagné par Pierre Cherbero sur le thème de la propreté.

Notez que Pierre Cherbero se produit ce vendredi soir au Cercle, 3 rue Éguillerie.
Au fait, avez-vous vu le père de Pablo au journal de Jean-Pierre Pernaud mardi midi sur TF1 ? J'ai été étonné de constater que José Correa qui réside à Périgueux était présenté comme un peintre aquarelliste spécialisé dans les paysages de la Gironde. Quel acteur ! Je ne le connais pas bien du tout, mais je croyais que José Correa faisait surtout de l'illustration de livres (ça, ils le disent) et de l'acrylique chez nous en Périgord. Comme quoi, je ne sais pas tout... Le reportage est très réussi ; mais quel dommage tout de même que les mots Périgord, Dordogne et même Périgueux n'aient pas été prononcés une seule fois ! Depuis les élections municipales, ça n'arrive plus très souvent.
Voyez le reportage de TF1 ici ›

Voir ci-dessous le communiqué de presse pour la journée « hygiène des mains »

Communiqué de Presse

logo du Centre Hospitalier de Périgueux

JOURNEE NATIONALE « HYGIENE DES MAINS » AU CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX LE 23 MAI 2008 DE 9 H A 17 H A L’INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS

Avec la participation du peintre Pablo CORREA qui à cette occasion réalisera une œuvre originale en musique accompagné par Pierre CHERBERO sur la thématique de la journée.

Le Centre Hospitalier de PERIGUEUX participe à la journée nationale « hygiène des mains », instaurée par le Ministère de la Santé en organisant une journée d’information et de sensibilisation à destination de ses personnels.

Cette journée sera animée par son Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales(CLIN), son équipe opérationnelle en Hygiène Hospitalière, ses correspondants en Hygiène Hospitalière et l’Institut de Formation en Soins Infirmiers.

Le Centre Hospitalier de PERIGUEUX, représenté par son Directeur et le Président de la CME, signeront une charte de 10 engagements pour les quatre années à venir en écho à la signature par la France de la charte OMS visant à réduire les infections associées aux soins.

Ces engagements visent à poursuivre et renforcer l'implantation de la désinfection des mains, par frictions avec des produits hydro-alcooliques, déjà conduite par les professionnels du Centre Hospitalier de PERIGUEUX et le Comité de Lutte Contre les Infections Nosocomiales.

LES MEDIAS SERONT ACCUEILLIS A PARTIR DE 15 H 30

A L’INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS

(Le programme de la journée du 23 mai 2008 « hygiène des mains » est joint en annexe)

Vu,
Le Directeur du Centre Hospitalier de Périgueux, Patrick MEDEE

Diffusion :

  • La Dordogne Libre
  • Journal Sud-Ouest
  • L’Echo de la Dordogne
  • Radio France Bleu Périgord
  • France 3 Périgords

Contact :

Franck LESTRADE, Directeur de la Communication
(Tél. : 05 53 45 25 62 – Fax : 05 53 45 28 07)

logo du Centre Hospitalier de Périgueux

PROGRAMME DE LA JOURNEE DU 23 MAI 2008 « HYGIENE DES MAINS » AU CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX

INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS : DE 9 H A 17 H

Avec la participation du peintre Pablo CORREA qui à cette occasion réalisera une œuvre originale en musique accompagné par Pierre CHERBERO sur la thématique de la journée, à 15 h 30.

LE MATIN :

SEQUENCES 1 et 2 de 9 h à 10 h 30 et de 11 h 30 à 13 h :

- Actualités sur les Bactéries Multi résistantes ;

- Présentation du CD Rom, réalisée par le Centre Hospitalier de Périgueux, sur « la Friction Hydroalcooliques des Mains » ;

- 2 ateliers : « Frictions hydroalcooliques » et « Lavages des Mains ».

10 h 30 à 10 h 45 : Pause café.

10h 45 à 11 h 30 : Quizz animé Questions/Réponses en Salle TG3 : 2 ateliers.

L’APRES-MIDI :

SEQUENCES 3 et 4 de 14 h à 15h 30 et de 16 h 30 à 17 h 30 :

- Actualités sur les Bactéries Multi résistantes ;

- Présentation du CD Rom, réalisée par le Centre Hospitalier de Périgueux, sur « la Friction Hydroalcooliques des Mains » ;

- 2 ateliers : « Frictions hydroalcooliques » et « Lavages des Mains ».

15 h 30 à 15h 45 : Pause café – ACCUEIL DES MEDIAS – Signature de la Charte.

15 h 45 à 16h 30 Quizz animé Questions/Réponses en Salle TG3 : 2 ateliers.

Libellés : , , , , ,




Commentaire de Anonymous Anonyme , le 23 mai 2008 23:07  

Magnifique la photo du centre hospitalier super

Commentaire de Anonymous Katia , le 31 mai 2008 20:41  

juste pour repréciser : c'est à partir de la Renaissance que les seigneurs ne se lavaient plus, ou du moins qu'ils n'osaient plus se laver car soit disant l'eau "allait leur enlever leur force et leur vertu" (gloups!!!! )et aussi il faut bien le rajouter, car, beaucoup de bains publics ont été fermés sous des prétextes moraux au XVIeme (re-gloups! ) bref c'est à partir de cette période, qu'on surnomme "la crasse parfumée" que les français ont cette réputation....
portez vous bien! Katia

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 13 juin 2008 18:57  

Je mets du temps à réagir mais tu n'es pas très objectif sur cet article. En effet tu sous-entends que les hommes se lavent moins les mains que les femmes lorsqu'ils sortent des wc. or, pour une telle affirmation, il faudrait que tu ailles vérifier dans les toilettes des dames si celles-ci sont plus propres que les hommes !!! Allez, c'est une blague, j'espère que je n'ai pas taché ton amour propre, je ne sais pas comment il faudrait que je fasse pour te le laver. Gros bisous. TTNE

Exposition peinture à l'Art Notre pour le club Soroptimist publié le vendredi 19 octobre 2007

La crème de la crème des artistes Périgourdins étaient réunis à l'Art Nôtre ce weekend par le club Soroptimist*. Ce rassemblement était organisé dans le but d'apporter une aide financière aux victimes du cyclone Dean qui a frappé la Martinique en août 2007.
Chaque artiste avait accepté de donner 30% du prix de vente de leurs œuvres au club.

Il y avait beaucoup de monde, et c'était du beau monde !
Club Soroptimist à l'Art Nôtre Octobre 2007 Me voici pointant vers une des peintures qui m'a interpellée le plus. Elle a été peinte par le 'bébé' des peintres présents à cette exposition : Pablo (Correa), fils du célèbre peintre et illustrateur Périgourdin José Correa. Il est lui-même en passe de devenir un des artistes les plus originaux de la région ; et je ne parle pas seulement de son accoutrement vestimentaire... Il a un trait précis et énergique, et c'est cela, bien plus que son choix des couleurs utilisées qui me plaît.
William Lesourd devant les œuvres de Pablo Correa
Club Soroptimist 2007
Vernissage auquel j'étais convié à l'Art Notre - 17 octobre 2007
Pablo Correa devant trois de ses œuvres
Pablo Correa devant trois de ses œuvres à l'Art Notre - 17 octobre 2007
Contactez Pablo Correa sur son site ›


Voici un petit éventail des œuvres mises en vente :
Oeuvre de José Correa
Une œuvre de José Correa - 2007
œvre de José Correa
Une œuvre de José Correa - 2007


œvre de Beni
Une œuvre de Beni - 2007
Sculpture de Brigitte Rey & Sylvie Camus
Une sculpture de Brigitte Rey & Sylvie Camus - 2007


Une Unœvre d'un(e) artiste inconnu
Uneœuvre d'un(e) artiste inconnu - 2007
Une œvre de Marcel Ninot Pajot
Une œuvre de Marcel Ninot Pajot - 2007


œvre de Gilbert PenalvaDeux œvres de Gilbert Penalva
Deux œuvres de Gilbert Penalva - 2007


Désolé Gilbert pour la petite dimension des photos de tes œuvres, mais elles étaient trop floues et ne se prêtaient pas à l'agrandissement.
J'ajouterai le montant de la somme remise au club Soroptimist dès que je le saurai.
Qu'est-ce qu'un club Soroptimist ?
D'après le site officiel des Soroptimists en France, le Soroptimist veut dire « sorores ad optimum » : sœurs pour le meilleur.
Un club Soroptimist est un type d'organisation dont les membres partagent les mêmes valeurs altruistes. Ils se rencontrent régulièrement et mènent des actions caritatives et éducatives, soit par eux-mêmes, soit en finançant d'autres associations.
Je vous invite a visiter le site de l'Union Française du Soroptimist International.

Libellés : , , , , , , ,




Une petite selection de mes billets



Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

PERIBLOG COMPTE PLUS DE 340 BILLETS...

Voici ci-dessous mes 25 derniers billets. Voir les archives (dans la colonne de droite) pour le reste mois par mois