MIMOS Coup de Foudre a Perigueux publié le vendredi 21 août 2009

Spectacle d'ouverture du MIMOS 2009 par le Groupe F

Non je n'étais pas à Bethel et je ne me souviens même pas, à cette époque, avoir vu à la télé les images des hippies nus ou celles mythiques de la glissade sur le cul dans la boue... et d'ailleurs avions nous la télé en 69 ?... Je présume que si, car les génériques de Thierry la Fronde et de Zorro résonnent encore dans mes tympans : Ton ton ton, ton tonton, ton ton... et Zorro !... ZORro !... ZORRO !... l'image me revient de cette sombre silhouette de justicier monté sur son fier destrier cabré et silhouetté sur fond d'orage. Pourtant, en sortant du Péribus qui nous avait dégurgité à un des portails du stade du COPO l'autre soir, je me suis écrié : « on se croirait à Woodstock ! ». Une des exclamations les plus galvaudées cet été au cours des grands rassemblements, à cause du festival de musique emblématique et bucolique, dont le monde médiatique vient tout juste de fêter le 40ème anniversaire.La foule attend assise sur l'herbe
Woodstock sur l'Isle

Une banale histoire de döner kebabs qui se sont fait désirer

Il était encore tôt et devant nous des milliers de gens s'étaient installés à même le gazon ou sur une nappe. Certains pique-niquaient, d'autres par nombre de quatre faisaient belote et rebelote ou simplement bavardaient en attendant l'heure... les enfants eux, se courraient après. Une forte odeur de saucisson sec vint titiller mes narines et me mit en appétit. Heureusement, à un bout du stade, des buvettes, crêperies et autres stands vendant des plats à emporter étaient à pied d'œuvre. Une foule d'affamés et d'assoiffés y grouillait. Je choisis de faire la queue au stand qui vendait les kebabs. C'est un peu plus tard malheureusement que je me suis aperçu que le service se faisait avec une lenteur déconcertante... Une quarantaine de minutes plus tard, je zieutais avec envie les barquettes de frites, les kebabs et les merguez de ceux dont la commande venait d'être honorée. Ne m'étant guère approché des serveurs durant toute cette période, je décidais d'aller voir mes amis Dominique et Christine qui s'étaient installés près de la scène. Les artistes du Groupe F, cachés derrière celle-ci effectuaient probablement les tout derniers préparatifs, les uns ajustant leurs costumes clinquants et les autres s'assurant qu'ils avaient bien des allumettes pour tout enflammer. La décision de quitter la queue momentanément ne me fut d'aucun bénéfice, car celle-ci était restée tout aussi longue lorsqu'une demi-heure plus tard, je m'y collais de nouveau...Le stand de döner kebab et merguez
Le stand où j'ai du attendre si longtemps
À 22h30 les lumières autour du stade s'éteignirent, là où étaient les stands de restauration "rapide" itou et nous nous retrouvâmes plongés dans une obscurité relative. Nous n'étions plus éclairés que par la lueur de la lune, des braises et des résistances trop inefficaces du döner grill. C'est alors qu'une serveuse vint nous dire que ceux qui n'avaient pas encore passé commande ne pourraient être servis... Oh désespoir ! Une demi-douzaine de personnes et moi n'avions pas encore commandé... Alors, j'exprimais mon indignation auprès du personnel de cuisine... naturellement, ils n'y pouvaient rien ; c'était la réglementation. Elle me paraissait absurde et la faim me fit momentanément perdre la raison... J'avais entendu le maire faire un discours sympathique quelques minutes auparavant et le sachant parmi nous, j'ordonnais presque qu'on aille lui demander de prolonger l'heure d'ouverture des stands... On alla me chercher la jeune femme chargée de faire appliquer les règles, mais elle fut imperturbable et puis on ne pouvait pas déranger le maire avec de telles fariboles. Des fariboles ma faim ? Je l'aurais dévorée toute crue si elle ne s'était pas si prestement esquivée. Heureusement la jeune fille du stand ressortit aussitôt de la pénombre pour prendre nos commandes avec la discrétion d'une espionne de la Stazi. Puisque les kebabs étaient la cause de toute cette attente, je commandais à voix basse une barquette de frites avec une seule merguez... J'attendis avec quelques clients qui étaient restés, tout en fixant l'autre extrémité du stade où des petits bonshommes habillés d'un matériau luminescent et réflectif faisaient cracher des canons à feu. Le "plat" arriva dans le quart d'heure. Les frites étaient brûlantes, mais le cuisinier avait négligemment laissé tomber une grande quantité de moutarde dessus ; quant à la merguez, elle était froide. Près de six euros fut le prix... visiblement certains stands s'étaient laissés surprendre par l'afflux des spectateurs qui, comme moi, n'avaient pas pris la précaution de manger avant de venir. La prochaine fois on se fera un petit pique-nique de poulet froid et de chips ; c'est bien plus abordable et infiniment plus rapide et convivial.

Tout en me brûlant la langue sur les frites que la moutarde forte ramollissait et rendais presque immangeable, je rejoignis mes amis et commençais à photographier ces belles choses devant lesquelles 10 000 personnes environ étaient venues s'extasier. J'aurais aimé faire des photos de la qualité de celles que j'avais prises lors du 14 juillet, mais je n'avais pas eu le temps de paramétrer mon appareil convenablement et nous nous trouvions un peu trop près de la scène et trop sur le côté. Tant pis, mais de toute manière, vous aurez vus les magnifiques photos parues dans la Dordogne Libre et le Sud Ouest ainsi que les reportages à la télévision locale et même nationale.Je m'impatiente, quitte la queue et retourne voir Dominique et Christine
Je m'impatiente et retourne voir mes amis. La lumière au milieu sans poteau, c'est la lune
Le spectacle du Groupe F vient de commencer
Le spectacle commence et on vient de me dire que je ne pourrais pas être servi...
Coup de Foudre pour le MIMOS 2009 par le Groupe F à Périgueux


Au dessus, un diaporama envoyé par Dominique Louis et ci-dessous quelques clips vidéos filmés avec mon petit Cyber-Shot de chez Sony, suivis par un clip envoyé par Dominique Louis

Informer en anglais

J'avoue avoir été dubitatif en apprenant que le spectacle d'ouverture du festival MIMOS 2009, allait avoir lieu dans un stade à quelques kilomètres du centre-ville. On constate, depuis 2008, une forte volonté de la part de la mairie, de décentraliser les fêtes afin d'en mieux faire profiter les populations qui vivent extra-muro. C'est un objectif louable, mais je reste réaliste et pense que si on persiste à suivre cette voie, on risque d'amoindrir sérieusement l'attrait que les quartiers centraux de la ville offrent aux touristes.

J'avais été impressionné en 2008 par les KaRNaVIrES qui avaient remonté la rue Taillefer et d'autres rues de la ville dans une ambiance de fin du monde et, je pensais que les touristes étrangers de passage avaient dû être surpris en se trouvant au milieu d'un tel enfer de feu et de percussion... Avant de m'intégrer dans la société périgourdine, j'étais moi aussi un touriste "étranger" et, je pense que ceux-ci, sans oublier bien sûr les vacanciers venant de toute la métropole, sont ceux pour qui il faut élaborer de telles fêtes, car ils aident de façon conséquente à faire vivre les commerces de la ville durant la période estivale.

Affiche pour le MIMOS 2009 tout en françaisEn déplaçant la fête d'ouverture du MIMOS dans un stade à deux kilomètres environ de là et, sans informer les touristes efficacement — ce qui est évident quand on regarde en détail la conception bizarre et pas très informative de l'affiche toute en français du MIMOS —, on les privait d'images fantastiques qu'ils auraient pu rapporter chez eux et partager avec leur famille et leurs amis... Au lieu de cela, alors que nous, les Périgourdins hyper informés par les médias locaux, nous amusions loin des murs de la ville, eux se promenaient dans un Périgueux quasi désert.

Le spectacle intitulé « Coup-de-Foudre » du groupe F était formidable (et gratuit). Il n'aurait pas pu être joué en centre-ville, mais alors de gros efforts de communication en anglais auraient dû être déployés pour que nos visiteurs non-francophones puissent prendre connaissance de cette soirée. À en croire certains anglais ou néerlandais que j'ai rencontré depuis et qui m'ont avoué ne pas avoir vu le spectacle bien qu'il furent en ville ce soir là, cet effort n'a pas été fait. Je constate aussi que, à l'heure où j'écris ceci, le site officiel du MIMOS a une seule page en anglais, et que le site de l'office du tourisme de Périgueux est exclusivement en français.

Pourquoi chercher la petite bête

Tout s'est tellement bien passé et tant de choses agréables, à bon droit, ont été dites sur ce spectacle que je n'avais d'autres solutions pour me démarquer du reste des observateurs que celle de revêtir mon habit de pinailleur.Sur le chemin du retour, nous étions des milliers à faire la route à pied
Après le spectacle, nous sommes des milliers à remonter la voie des Stades puis la voie Verte pour retourner en ville. Autre mauvaise idée que j'ai eu ce soir là, celle de porter des chaussures neuves...

Libellés : , ,




Commentaire de Blogger cédricM , le 29 août 2009 22:40  

vraiment un très beau beau spectacle dont tes photos reflètent bien l'atmosphère magique et unique de la soirée.

MIMOS 2009 à Périgueux le dernier jour publié le mardi 11 août 2009

Voici les dernières photos faites au MIMOS 2009.

J'ai retenu de ce 27ème festival, le nombre visiblement supérieur aux années précédentes de gens assistant aux spectacles gratuits du Mim'off, rendant parfois le trajet d'une place à l'autre laborieux (comme cette phrase que je n'ai pas le courage de raccourcir). Je me souviendrai aussi de l'odeur âcre et parfois insoutenable provenant des aisselles de certains spectateurs.

Voir ici toutes les photos du MIMOS 2009 › (il reste encore à venir celles du grand spectacle pyrotechnique donné le premier soir...)
Compagnie Rouge sur le Fil sur la place du Marché au Bois
Samedi dernier, le MIMOS 2009 fermait ses portes...
Compagnie Rouge sur le Fil au MIMOS 2009
La Cie Rouge sur le Fil sur la place du Marché au Bois
Le jardin du Thouin près de la cathédrale Saint Front
Le petit jardin du Thouin sous les coupoles de la cathédrale Saint Front et surplombant la place Mauvard. L'endroit est habituellement paisible, mais ça sent un peu le caca de chiens
La compagnie Aïe Sandunga au MIMOS de Périgueux - Les deux Fridas au jardin du Thouin
La Cie Aïe Sandunga interprétant les deux Fridas

La compagnie Aïe Sandunga au MIMOS de Périgueux - Les deux FridasLa compagnie Aie Sandunga au MIMOS de Périgueux - Les deux FridasLa belle et le clochard
La belle et le clochard (à gauche)

Libellés : , , ,




Commentaire de Anonymous jean-pierre et danielle , le 12 août 2009 13:25  

Nous sommes gâtés par tant de spectacles de grande qualité dans notre région !
Peut-être aurons nous, un jour, des spectacles gratuits sponsorisés par Channel ou Guerlain !

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 12 août 2009 23:04  

Peut être alors faudrait il un partenariat avec beauty success ou séphora avec une distribution d'échantillons de parfums.
Ah tout le monde ne passe pas un stick déo toute les semaines

Commentaire de Anonymous delphine , le 21 août 2009 11:29  

Bonjour
Je viens d'aller sur le site du VIP et j'ai vu une expo qui a l'air très intéressante Djice à partir du 12 sept à suivre donc

MIMOS 2009 à Périgueux les 4 premiers jours publié le vendredi 7 août 2009

Karine Pontiès mime et danseuse belgeLe prix de la 27ème édition de Mimos, le festival international du mime de Périgueux, a été attribué samedi à la chorégraphe belge Karine Pontiès et ses deux interprètes Jaro Vinarsky et Claudio Stellato pour les solos « Havran et Fidèle à l'éclair », ont annoncé les organisateurs dans un communiqué.

Voir le site de Karine Pontiès lauréate du MIMOS 2009 : Dame de Pic


Le jury du MIMOS (2009). (PHOTO Steve Franco)
Les membres du jury du MIMOS (2009). (PHOTO Steve Franco)
Le journal Sud Ouest
Composé de journalistes et de professionnels du spectacle, le jury a également attribué deux mentions particulières pour la qualité de l'interprétation à la compagnie Un loup pour l'homme (France) pour « Appris pour corps » et à Elit Veber de l'Etgar Theatre (Israël) pour « Eshet (Wife of) ».

Le Prix Mim'Off du public (844 votes en totalité) a été attribué à la compagnie bretonne du Théâtre des Silences de Montauban pour son spectacle « Moi... et elle ».
Source : RTBF


MIMOS le logoUn seul thème pour la 27ème édition du MIMOS festival du mime à Périgueux : « Lire le mouvement ». Une jolie phrase que Périgueux pourrait faire sienne désormais, puisque la ville aspire à devenir un pôle des arts gestuels et du mime en Europe et va sans doute créer son école du mime ; à moins que cela ne soit déjà fait.MIMOS 2009 Cie Lili sur la place Francheville
La Cie Lili sur la place Francheville (lundi)
Je n'aurais pas autant sillonné les rues en 2009 que les années précédentes. Des préoccupations personnelles et un travail m'ont gardé loin des spectacles de rues que j'affectionne tout particulièrement. Le Mim'Off a ma faveur ; non pas parce qu'il est gratuit, quoi que cela soit un facteur non négligeable dans mon choix (ceci dit n'oublions pas de laisser la pièce dans le chapeau), mais parce que les gens et les enfants, assis souvent en yogi sur le macadam, laissent plus aisément éclater leur joie. Leurs rires imprègnent les places où se produisent les mimes et se propagent même jusque dans les rues alentour. La belle Périgourdine sourit à belles dents.
Etienne Bonduelle directeur artistique du MIMOS (2009). (PHOTO Steve Franco)
Étienne Bonduelle, directeur artistique, parcours les festivals à travers le monde pour préparer l'affiche de Mimos. (Photo Steve Franco)
Le journal Sud Ouest
MIMOS 2009 a été un modèle d'organisation et de professionnalisme et alors qu'aujourd'hui le festival touche à sa fin, on peut être assuré en lisant quelques comptes rendus dans la Dordogne Libre et le Sud Ouest, qu'il a remporté un très franc succès. Quant au spectacle d'ouverture du festival, le fameux « Coup-de-foudre » du Groupe F devant lequel 9000 d'entre nous sont allés s'extasier au stade du Copo, comment la ville pourra t-elle faire aussi bien l'an prochain ? C'est une question à laquelle je n'aimerais pas avoir à répondre ; mais je crois qu'on peut désormais faire confiance aux organisateurs et à leur vive imagination.
MIMOS 2009 Cie de Mazette dans la galerie Daumesnil
La Cie de Mazette dans la galerie Daumesnil (lundi) - brrrr... la jolie neige
MIMOS 2009 Cie Théâtre des Silences sur la place du Marché au Bois
La Cie Théâtre des Silences sur la place du Marché au Bois (mardi)
MIMOS 2009 Cie La Pie Piétonne sur la place Saint Louis
La Cie Piétone arrive sur la place Saint Louis (jeudi)
MIMOS 2009 Cie Engrenage sur la place du Marché au Bois
La Cie Engrenage sur la place du Marché au Bois (jeudi) - beaucoup de gesticulation chorégraphiée et un peu de grâce, c'est du hip-hop
Ci-dessous vous trouverez une vidéo de la performance que j'ai filmé ce soir là à main levée. Quelle santé ils ont ces trois là ! La boule d'énergie en rouge à mon vote.
Leur espace sur MySpace : www.myspace.com/engrenage

Libellés : , ,




MIMOS à Périgueux - jours 1, 2 et 3 publié le mardi 4 août 2009

D'ici un jour ou deux je posterai quelques photos de « Coup de foudre », le fabuleux spectacle donné par Groupe F au stade Maurice Lacoin (COPO) pour lancer le MIMOS festival du mime à Périgueux 2009.
MIMOS le poster 2009
Voici un billet publié sur Periblog couvrant les trois premiers jours du MIMOS 2009 ›
Voici les billets publié sur Periblog lors du MIMOS 2008 ›

À bientôt et bon MIMOS à toutes et à tous !!!

Le site officiel de MIMOS ›

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous beauvert , le 5 août 2009 11:59  

Nous attendons avec impatience !!!!

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 5 août 2009 14:29  

oui l'attente est longue

Commentaire de Anonymous boguy , le 5 août 2009 23:22  

Un spectacle qui tient habituellement ses promesses, vivement les photos.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 6 août 2009 12:17  

Pour ce feerique mimos des photos attendus avec impatiences pour complèter mon album video souvenir

Une petite selection de mes billets



Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

PERIBLOG COMPTE PLUS DE 340 BILLETS...

Voici ci-dessous mes 25 derniers billets. Voir les archives (dans la colonne de droite) pour le reste mois par mois