Autour de Noël à Périgueux publié le jeudi 31 décembre 2009

Cloué au lit presque toute la semaine avec une vicieuse bronchite, je n'ai pas eu l'occasion de profiter des prémices des fêtes de fin d'année. Les chants de Noël ne me sont parvenus aux oreilles que samedi (19 décembre) après le retour partiel de ma voix, lorsque je décidais de braver le froid et la descente de l'avenue Georges Pompidou. Celle-ci était rendue périlleuse de par la couche de neige compactée qui couvrait un des trottoirs, celui que j'avais malencontreusement décidé d'arpenter.Périgueux Noël 2009
La neige était tombée quelques jours auparavant et à droite le café de la Place où régnait une ambiance très fêtes de fin d'année
Je me rendais tout droit sur l'esplanade Badinter pour voir les joyeux patineurs traverser avec esbroufes la surface glacée - c'est chaque année un moment que j'apprécie beaucoup, seul ou avec des amis, mais on avait glissé la patinoire ailleurs. Sur la place Francheville me dit on. Je m'y rendrai plus tard. Cette petite déception mise à part, j'avais le sentiment que Noël était bien dans l'air. Je ne saurais dire à quoi cela tenait... à la voix de Tino Rossi qui flottait au dessus de nos têtes et me rappelait à des souvenirs lointains, aux guirlandes qui donnaient aux rues, aux boutiques et aux cafés l'air heureux qui nous réchauffe le cœur, tout comme le vin chaud des Romarins, rue de la Clarté nous réchauffe les entrailles.

Je n'ai pas vu le Père Noël ni son renne. Non plus Maurice Melliet, « le géant au grand cœur » qui lui ressemble tant. Un fait étrange d'ailleurs se produits concernant ces deux êtres : lorsque le Père Noël est en ville on ne trouve Maurice nulle part... et vice versa. Je me suis mis à songer que peut-être, à l'instar des plus curieux d'entre nous quand nous étions gamins, étaient-ils ce jour-là, tous les deux cachés dans un recoin et comparaient-ils la longueur de leur... barbe blanche ?

C'est peu après 18h00 que je descendais vers la place Francheville ou un air glacé et mortifère régnait. La patinoire était déserte et déjà plongée dans la pénombre. Ce côté de la place ne respirait plus depuis quelques temps déjà. Je ne rirai pas aux éclats ce soir. De l'autre côté vers la Tour Mataguerre la place agonisait... nous étions le 19 décembre en fin de semaine. N'avons-nous pas ici à Périgueux l'esprit à faire la fête ?

Un mauvais souvenir qui sent le fromage

Je garde encore en mémoire, ma visite l'an passé, au marché de Noël sur la place Francheville. J'étais dégoûté de voir à cette même époque un fromager vendre son produit à pâte dure à près de 50€ le kg. J'en avais parlé avec véhémence dans ces pages [ ici ]. La vision du bonhomme moustachu à l'apparence joviale mais bonimenteur invétéré et de ce pauvre couple en train de se faire proprement léser m'avait profondément marqué. De savoir que la mairie avait permis que de tels vendeurs puissent s'installer sur un marché de Noël m'a fait douter de l'honnêteté des placeurs. Je doutais aussi de l'intégrité d'un certain journaliste d'un de nos journaux locaux, qui publiait à plusieurs reprises des articles élogieux à l'égard de ces vendeurs qui sévissaient notamment sur d'autres places de la ville. Je trouvais cela inacceptable de la part d'un journaliste local supposé nous informer et nous aider dans nos choix.

J'ai parlé de cette affaire quelques jours après sur Périblog. Puis en juin les producteurs de France 2, en quête d'un reportage à sensation, ont dû entendre parler de ces marchands quelque part et parmi toutes les villes de France où l'arnaque prend place, ont choisi d'envoyer leurs ninjas à Périgueux. Camouflés en touristes, la caméra bien dissimulée dans le cabas ou le sac à dos, ils ont exposé la tromperie au grand jour. Aujourd'hui nos marchés de la ville et d'autres villes en France ont exclu ces vendeurs dépourvus d'éthique, qui dépouillent les clients un peu naïfs et donnent des marchés français une très mauvaise image aux visiteurs autochtones ou étrangers. Il en reste bien un chez nous à Périgueux sur la place St Silain, qui a su sauvegarder son espace grâce à un tour de passe-passe verbal dont lui seul et son formateur de Boulazac connaissent le secret... mais des passants m'ont dit qu'ils l'avaient à l'œil.

L'autre jour, samedi 26 décembre, je visitais de nouveau la place Francheville. Tout comme le reste de la ville, elle était bondée de gens dont une grande proportion était des enfants et des adolescents. La patinoire était noire de monde. Un grand souffle de vie avait pénétré les artères de la ville.La patinoire sur la place Francheville à Périgueux
La place Francheville avec le marché de Noël en bas et la patinoire en haut à gauche
Photo de Dominique Louis, photographie aérienne par ballon captif. Site web : www.altitudephoto.fr

Mes meilleurs voeux de bonheur, de santé et de prospérité

Libellés : , , , ,




Commentaire de Anonymous boguy , le 1 janvier 2010 13:35  

Merci pour tes voeux, je te souhaite aussi une très bonne année 2010 ...sans trop de fromages ou avec les meilleurs!

Commentaire de Anonymous rOger , le 1 janvier 2010 18:37  

Mille et une bonne chose pour cette nouvelle année William et longue vie à Periblog!

Commentaire de Anonymous jp et danielle , le 2 janvier 2010 10:52  

meilleurs voeux et plein de bonheurs pour 2010 !
Soigne toi vite !

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 2 janvier 2010 13:49  

Désolée pour ces fêtes au fond du lit ...Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un très rapide rétablissement et une santé de fer pour l'année qui commence.....entre autre choses qui pourront vous apporter joies et satisfactions en tout genre ......

Amicalement de Brigitte

Commentaire de Blogger INESESIMPI , le 2 janvier 2010 23:42  

BONNE ANNEE A TOI WILLIAM ! AMOUR, AMITIES, SANTE, JOIE ET BONHEUR.
FELICITATIONS POUR LE BLOG !

Maurice Melliet dévoile deux livres chez Marbot publié le jeudi 16 avril 2009

Si vous avez un moment pendant l'heure de votre déjeuner ce jeudi 16 avril...

Hervé Couasnon - le poète escaladeur. Un livre concocté par Maurice Melliet


Hervé CouasnonIl s'agit d'un nouveau livre retraçant (jusqu'à aujourd'hui) la vie et les frasques d'Hervé Couasnon le poète escaladeur bien connu des Périgourdins (et des forces de l'ordre chargées de protéger nos personnalités politiques). Le livre qui abonde de photos, de coupures de presse et d'anecdotes concernant ce grand manifestant pacifiste, sortira en fin de matinée chez Marbot au 21 cours Montaigne. Si vous regardez bien à l'intérieur, vous y trouverez une photo de groupe sur laquelle je figure ainsi qu'une ou deux références faites à Périblog.

Un autre livre, Les vagabonds du bon dieu (tome 1) qui a pour sujet celui d'un périple à travers l'Europe du sud avec l'âne Pilou, vécu et narré par Jean Kina et mis en forme par Maurice Melliet sera lui aussi lancé par Maurice, Jean ou Pilou.

Faites plaisir ou faites-vous plaisir...

Pour plus d'informations, voir l'invitation à la conférence de presse en bas de ce billet.

Bien entendu ces livres seront sans doute aussi disponibles dans les autres magasins de livres de la ville comme à La Mandragore, à La Maison de la Presse ou encore aux Livres et Nous.

[ Dédicace chez Marbot demain samedi, de 15 heures à 18 heures, en compagnie d'un autre ami aventurier Jean Kina. ]


Cela faisait longtemps que je ne vous avez pas montré un de mes ciels périgourdins. Celui ci-dessous a été photographié hier soir à la fin d'une belle averse. La Dordogne va être bien verte ce printemps, si ce temps continu.Périgueux sous un ciel de pluie

INVITATION CONFÉRENCE DE PRESSE
à la librairie Marbot à Périgueux
le jeudi 16 avril 2009 à 11h00
pour la sortie de deux nouveaux livres

Hervé Couasnon le poète escaladeur de Maurice Melliet dans la collection « Les inclassables »


Hervé Couasnon
Deux parcours à l’opposé mais à la fois, très proches par l’exploit et la ténacité de ses acteurs.

Maurice Melliet enrichit la collection « Les Inclassables ». Après avoir écrit, illustré en partie et mis en page le livre sur Jean Boussuges avec un deuxième personnage, lui aussi poète à sa manière : Hervé Couasnon, le poète escaladeur : mille facéties et provocations font de sa vie une riche promenade sur les toits, les grues et les clochers de France en lançant sa prose et ses coupes et coups de gueule au travers de la société, voir des tartes de mauvaise qualité…

Riche en photos, en coupures de presse, en communiqués sur Internet et en anecdotes, la vie d’Hervé ne sera plus un secret pour le lecteur !

Les « couasnonades » ne manquent pas, notre personnage est haut en couleur, il réagit à chaque injustice. Il veut aider la veuve et l’orphelin qu’il qu'il fut lui-même à la naissance… Il tente ce qui n’est pas possible ! Et il réussit ! Ce livre le « livre » en pièces détachées malgré son caractère entier !

Les vagabonds du bon dieu tome 1 écrit et vécu par Jean Kina et Pilou

Jean Kina compagnon d’Emmaüs à Chamiers & son âne Pilou : un parcours de 11.000 km de Périgueux à Périgueux où, parti pour Saint-Jacques de Compostelle, le pèlerinage se poursuit jusqu’à Fatima au Portugal. Traverse l’Espagne d’Ouest en Est pour rejoindre Perpignan et faire une pose pour Noël à Chamiers afin de repartir d’un bon pied… Surtout ceux de Pilou qui avait bien entamé ses sabots sur le bitume…

Le premier livre raconte la première étape avec l’aide de Maurice Melliet qui offre 4000 cartes postales et qui reçoit des nouvelles tout au long de ce périple et qui archive et textes, photos, relations de voyages...

Le deuxième à venir racontera la marche entre Perpignan jusqu’à la frontière Turque en passant par l’Italie, la traversée en bateau avec Pilou et le retour malgré eux pour des raisons purement politiques qui empêchent un âne vacciné de pénétrer en territoire turque à partir de la Grèce… L’éternelle guerre entre ces deux pays ! Mais ça ; c’est une autre histoire ! Attendez plutôt le tome 2 !

Libellés : , , ,




Commentaire de Anonymous josie , le 16 avril 2009 22:26  

Un livre intéressant vu tes écrits. J'irai faire un tour chez Marbot...
Je vois que hier soir tu n'as pas résisté à immortaliser ce ciel après l'orage . Une lumière magnifique que j'ai raté, n'ayant pas mon appareil à portée de main dommage, mais je profite avec plaisir de la tienne.
A bientôt William et bonne nuit ! Peut-être que le marchand de sable est passé ce soir -:)))

Commentaire de Anonymous boguy , le 19 avril 2009 00:27  

Ce ciel d'orage est...extraordinaire !
Merci pour le comm sur l'article Vésunna; j'avais bien pensé te contacter mais c'était un passage rapide, la prochaine fois je te ferai signe.

Projet Leclerc du Clos-Chassaing publié le mardi 28 octobre 2008

[ Note (02-11-08) : si ce sujet vous intéresse, veuillez lire aussi les commentaires. W ]

Maurice Melliet - durant un vide-grenier en 2007Maurice Melliet citoyen du monde, m'a fait part de son mécontentement en ce qui concerne le projet de remplacer le petit Leclerc du Clos-Chassaing par un stade ou par une maison de retraite (c'est-à-dire que celle-ci se dresserait tout près des murs de la prison que l'on voit à droite sur cette photo). Il semblerait que notre maire, Michel Moyrand ait donné son aval à ce projet et qu'il pencherait pour la maison de retraite...

Ce serait, à mon avis, désastreux pour le centre ville si ce commerce de proximité, que vous et moi utilisons régulièrement pour faire nos courses, disparaissait.

Il n'est pas coutumier d'entendre Maurice prendre le parti d'un fleuron du capitalisme français tel que Leclerc, mais dans ce cas précis, il sait, pour être lui-même du quartier, que les gens d'ici souffriront de ne plus pouvoir faire leurs achats à des prix raisonnables aussi près de leur porte. Monoprix en centre ville n'est pas une option car c'est bien trop cher, et les autres grandes surfaces nécessitent une voiture pour s'y rendre.

Si cela devait arriver, ce serait d'autant plus dommage que le Leclerc fait, depuis quelques mois, de gros efforts pour améliorer ses prestations (bien que personnellement je trouve le prix de la viande trop élevé par rapport à celui de l'Intermarché).

Je ne sais pas où en est le projet dont m'a parlé Maurice, et pour vous dire la vérité, je n'en connais l'existence que depuis une semaine. Est-ce bien sérieux ? Si ça l'est, et s'il faut signer ou faire signer une pétition pour que le Leclerc reste en centre ville, je serai de la partie.Le petit Leclerc du Clos-ChassaingVoici ce que Maurice à envoyé à divers média et aux élus de la ville de Périgueux :

Ne jetez pas les vieux avec l'eau de la vaisselle !

Cela fait presque vingt ans que j'apprends que le « petit » Leclerc de Clos-Chassaing va se saborder dans ce vaste bocal capitaliste qui consiste à faire encore plus de fric !
Vendre du vent pour acheter du vent ! Sera-t-il plus fort ? Ce vent alimenté par un capitalisme terroriste basé sur la pauvreté des vieux et des moins vieux !

Aujourd'hui, le Leclerc du centre ville est remis en question !
Des inepties apparaissent quant à la vocation future de ce terrain laissé tellement vague
dans les esprits chagrins que l'on se demande sur quelle planète sommes-nous ?

La municipalité avec le Maire en tête annonce déjà la couleur sans se battre ! Incroyable, la gauche fait mieux que la droite ! Elle cède le terrain sans combattre !
Faire passer les vieux de consommateurs à mateurs ! Regardez la charmante auxiliaire de vie remplir les assiettes de purée et de viande hachée dans ce que sera ce nouveau lieu ! Un lieu de fin de vie !
À la porte les vieux ! Au pire dans un Parc surnaturel pour animaux vieillissants !

Et puis il y a l'autre version ! Presque aussi folle que la première ! Même un peu plus, puisque cela consiste à faire un stade en centre ville pour voir circuler quelques hommes en short se disputant un ballon même pas rond ! Et tout ça pour le pognon !

Remarquez que l'idée n'est pas innocente ! Certains spectateurs pourront voir entre deux barreaux ces gaillards taper dans un ballon en toute liberté !

De qui se moque t-on ? J'aimerais voir Monsieur le Maire faire ses courses en poussant le Caddie à la place de sa femme par simple galanterie, et pour vérifier les prix qui grimpent tellement que l'on est plus assez grand pour en distinguer les étiquettes.

Et puis, qu'il jette un regard sur la clientèle afin d'en découvrir le profil social ! La petite dame avec son auxiliaire de vie qui l'aide à faire ses courses de la semaine.

L'étudiant qui calcule parce qu'il n'a que trois euros à mettre dans le commerce de proximité pour manger sur la journée vu qu'un propriétaire de dortoirs fait des bénéfices en lui piquant 350 euros de loyer par mois.

Et puis, je vois des retraités venant à pied, qui avec la calculette additionnent des achats afin de ne pas dépasser la petite pension que la caisse de retraite croit leur offrir avec bonté !

J'ai même rencontré des SDF presque heureux parce que je leur offrais de quoi acheter un morceau de pain et une tranche de jambon parfois subtilisé en bière et autre boisson !
Même qu'une fois ce bon SDF avait préféré nourrir son chien plutôt que de se boire une bouteille en plastique pleine de faux pinard !

Voilà Monsieur le Maire, ce que l'on peut voir en ce moment à la place d'un match de je ne sais quel sport et des clients qui compte à chaque rayon pour ne pas se faire dépasser par la mondialisation !

Mais tout va bien ! les banques mondiales ont fabriqué et réussi une superbe révolution ! Se faire renflouer par les cons-tribuables par l'intermédiaire de l'État providence et qui sont aussi des électeurs à l'occasion des échéances !


Maurice Melliet
Citoyen de ma ville
et nouveau membre
du Nouveau Parti Anticapitaliste

Libellés : ,




Commentaire de Anonymous La Chouette , le 28 octobre 2008 20:35  

Je me permets d'apporter quelques précisions. Car si certains éléments de ce billet peuvent faire l'objet de discussions, en revanche, certaines suppositions doivent être recadrées.

Comme l'a annoncé la DL (http://www.dordogne.com/article-2026-un-stade-et-un-centre-leclerc-dans-les-cartons.html), il y a un projet de stade et un projet de nouveau Leclerc. En aucun cas il n'y a pour projet de mettre un stade en lieu et place du Leclerc de Clos-Chassaing. Notre quotidien local faisait état d’un projet de nouveau stade à la place de l’existant accompagné d’un magasin Leclerc.

Premièrement. Tout se discute, mais jusqu'à preuve du contraire, pétition ou pas pétition, on évoque une propriété privée, dont le droit protège la liberté de décision concernant la destination des biens.

Deuxièmement, pourquoi ne pas lire directement ce que le maire a proposé sur le site de la mairie: http://www.ville-perigueux.fr/sxactualites.asp?page=1&PK_actualite=731
La maison de retraite serait accompagnée d'une "galerie commerciale abritant boutiques et services". Autrement dit, le maire, conscient des besoins en commerces de proximité pour les personnes âgées, propose déjà de compenser la perte du Leclerc par d’autres commerces.

Enfin, il y a un besoin réel à Périgueux d'hébergement de vieillesse tout simplement parce qu'il y a de plus en plus de retraités, bien au-delà de la moyenne. L'idée d'une résidence pour personnes âgées n'est donc pas un pur délire quand même!
En amalgamant le projet et les aménagements nécessaires pour les services aux personnes âgées aux problèmes de finances mondiales et aux subprimes en définitive, on se trompe de colère sans être réellement constructif.

Respectueusement

__________Merci pour le commentaire________
Merci pour cette clarification

Commentaire de Anonymous Maurice Melliet, Président d'Emmaüs Périgord , le 29 octobre 2008 11:39  

En réponse à la « chouette » dont je connais certains membres et dont j’apprécie également leurs engagements citoyens.

C’est à la lecture de l’article de la DL que j’ai réagi. Après que le contenu soit vrai ou pas, c’est aux journalistes de prendre la responsabilité de leurs écrits. Moi, je me suis basé sur ce que j’ai lu. Et cela était bien clair dans mon esprit.

On ne peut décider à la place d’une entreprise privée, je le reconnais volontiers ayant eu moi-même une entreprise pendant plus de vingt ans. Mais, je pense qu’une analyse plus poussée avec le propriétaire de cette moyenne surface commerciale devrait être faîte avec les élus de la ville. Car, aujourd’hui, si l’on décide d’une maison de retraite et d’une galerie commerciale accompagnant ce lieu de résidence, l’on va encore vers le haut, alors que ce sont ceux d’en bas qu’il faut aider ! Les pauvres ayant des petits revenus. Je m’explique.

Cette maison de retraite ne sera pas accessible à tout le monde ! Je ne vois pas comment une personne âgée ayant à peine le SMIC par mois pourra y avoir droit quand on connaît le coût mensuel de ce genre d’hébergement qui souvent tourne aux environs de 1500 Euros, voire plus !

Ensuite cette galerie commerciale ne pourra pas satisfaire tous les publics quand à leur niveau de vie, Je suis bien placé pour connaître les budgets des pauvres avec ma responsabilité à Emmaüs qui viennent chercher un manteau à quatre Euros et un pull à deux Euros.

Je crois que le débat public doit commencer rapidement avant que les choses soient décidées sans les gens concernés.

Les élus doivent dès maintenant consulter « la base ». Nous ne sommes pas des moutons qui votons une fois tous les sept ans sans apporter nos remarques et nos idées entre les deux échéances.

Je suis prêt pour ce débat sur ce projet et bien d’autres s’il le faut.

Soyons citoyens de notre ville avec un regard neutre mais vigilant.

Maurice Melliet
citoyen de ma ville

_________Merci pour le commentaire________
J'ai envoyé un email à notre maire Michel Moyrand afin qu'il prenne connaissance de ce débat. Je ne garanti pas qu'il le lira (l'email et/ou le débat)...

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 30 octobre 2008 13:55  

Le formulaire pour les commentaires joue encore des siennes (trop compliqué, pas fiable) et beaucoup de commentaires ne me parviennent pas.

Pour tous commentaires dorénavant, veuillez utiliser mon formulaire de contact (lien sous ma photo) ou mon adresse email si vous la connaissez, merci.

Veuillez notez que l'adresse web de la proposition de la mairie (dont parle La Chouette dans son commentaire) a changé :
http://www.perigueux.fr/SXactualites.asp?PK_actualite=746

W

Commentaire de Anonymous Michel Moyrand, Maire de Périgueux , le 31 octobre 2008 05:47  

J’ai pris connaissance avec intérêt du billet que vous consacrez à la question du possible déménagement du magasin Leclerc de Clos-Chassaing.

L’annonce du déplacement de cet établissement, sur un autre lieu dans la ville, envisagé par le propriétaire du magasin - déménagement, je le précise, qui n’est en rien certain - a en effet suscité de nombreuses interrogations parmi la population.

J’ai déjà reçu des courriers à ce sujet et j’ai répondu à ceux qui m’interpelaient. Je leur ai dit que je comprenais les inquiétudes qui sont exprimées et que je suivais cette question de très près. Je tiens également à préciser, contrairement à ce qui est suggéré dans certains commentaires de ce blog, que je n’ai pas donné un quelconque « aval » à ce projet. La raison en est simple : le choix de cet éventuel déplacement serait de l’entière responsabilité de son propriétaire. A ce niveau de la réflexion il faut quand même connaître la différence entre droit privé et compétence municipale.

En revanche, et je l’ai évoqué à plusieurs reprises lors de la campagne des élections municipales, je réaffirme que, si le magasin devait être déplacé par son propriétaire sur un autre site, je travaillerais à l’installation, sur l’emplacement laissé vacant à Clos-Chassaing, d’une résidence pour personnes âgées qui comprendrait aussi une galerie commerciale abritant boutiques et services. Des opérateurs spécialisés dans la construction et la gestion de ce type de structure m’ont déjà exprimé, par lettre et par téléphone, leur intérêt pour un tel projet, qui resterait bien sûr à affiner.

Michel Moyrand

Maire de Périgueux

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 31 octobre 2008 08:30  

Merci M. Moyrand pour votre explication.
Nous n'avons effectivement pas le droit légal de nous opposer à un éventuel projet de déplacer le Leclerc, dû au fait qu'il s'agit d'une propriété privée. Si cela devait se faire, je n'ai aucun doute que vous joueriez de votre influence pour que le meilleur choix de re-développement soit fait, afin qu'il ne pénalise pas trop la localité.

Vous comprenez qu'il serait néanmoins dommage de perdre un mini super-marché en centre ville qui offre présentement aux habitants, qui ne veulent ou ne peuvent se déplacer dans les grandes surfaces de la périphérie, le moyen de faire des courses à moindre coût (un atout vital de nos jours) dans un endroit où le choix d'articles de consommation courante mis sur les étagères n'a pas grand chose à envier à celui qu'on trouve dans les très grandes surfaces.

Sur le plan personnel, je me suis habitué aux économies que je fait au Leclerc du Clos-Chassaing, à la qualité des produits et a la proximité du magasin. Je serais ennuyé de ne plus pouvoir y faire mes courses et je ne peux pas imaginer être le seul dans ce cas.

____À La Chouette qu'est si chouette___

Effectivement, on ne pétitionne pas contre une personne privée. N'existe-t-il pas cependant un moyen d'exprimer publiquement et en grand nombre son mécontentement à la décision que pourrait prendre une personne privée, lorsque cette décision risque d'affecter négativement la vie de toute une communauté ? Il ne s'agirait pas de la forcer à changer d'avis, puisque cela n'est pas légalement possible, mais il s'agirait d'exposer les difficultés que sa décision causerait, et surtout de faire appel à son sens moral, en espérant qu'elle trouve une solution plus acceptable ou revienne tout simplement sur sa décision.

Mais bon, c'est sans doute une question de gros sous contre laquelle nous ne pouvons rien, et nous sommes loin encore du jour où les gens nantis sacrifieront tous un peu de revenu pour le bénéfice des gens moins fortunés.
W

Commentaire de Anonymous Beauvert , le 31 octobre 2008 09:16  

Je ne suis pas trop concerné par ce déménagement. Quelques petits commerces ne seraient ils pas favorables à cette machine à fric qu'est le monstre Leclerc...

____Merci pour le commentaire____

Les petits commerces sont inexistants (ou presque) dans ce quartier, et pour cause...

Donc toute mon attention est tournée vers ceux du quartier et d'ailleurs dans la ville qui n'ont pas à faire des kms en voiture pour profiter de prix relativement bas comme seul un supermarché tel que "le monstre" Leclerc peut les pratiquer. W

Commentaire de Anonymous La Chouette , le 31 octobre 2008 13:16  

En premier lieu il s'agit d'un projet de déplacement d'une surface commerciale privée.
1. Propriété privée = liberté de choix
2. Déplacement veut dire que le "malheur" des uns fait le "bonheur" des autres, ce ne serait donc pas si négatif pour une autre partie de la population, pas plus riche au demeurant.
3. Surface commerciale porte bien son nom. La fonction est de créer de la richesse, pas de se préoccuper des questions de morale.
4. Avant de crier haro sur le baudet et s'engager dans un rapport de force pétitionnaire par exemple, il serait possible de voir comment les pouvoirs publics, en partenariat avec le propriétaire et les riverains pourquoi pas, envisagent la restructuration de cet espace. Pour cela il faut laisser le temps de travailler et attendre des propositions concrètes.

Ce n'est pas le projet que je défends, c'est la prise en compte de certains principes de réalité, bons ou mauvais à chacun d'en juger. Je pense en tout cas qu'il y a plus intérêt à d'abord chercher des solutions, démarche constructive et positive, avant de foncer sabre au clair et ouvrir un rapport de force sans avoir tous les éléments du dossier.

Je ne vois pas en quoi un petit Leclerc serait plus favorable que des commerces de proximité à couts et produits équivalents. Prendre la défense de Leclerc pour dénoncer les injustices de traitement humain et financier dans la société, me semble étrange, lorsqu'on connaît les habitudes commerciales de ce groupe financier, qui est un prédateur en matière de valeur ajoutée au détriment des producteurs dépouillés par ses centrales d'achats. De même que oui il faut intervenir en faveur des plus démunis et bien plus que cela est fait. De là bloquer un projet de maison de retraite parce qu'elle ne serait pas accessible à toutes les bourses, me semble être un nivèlement de principe, délétère et aussi injuste que dans le cas inverse. Ce n'est pas les maisons de retraite qu'il faut empêcher de se faire, c'est donner les moyens à ceux qui en ont besoin d'y accéder.

Cordialement

Commentaire de Anonymous Maurice Melliet, Président d'Emmaüs Périgord , le 2 novembre 2008 09:34  

En réponse à Monsieur Moyrand, Maire de Périgueux et au pseudo monsieur « Beauvert » Messieurs,
Vos idées et vos opinions sont louables autant que celles des autres intervenants sur ce problème. Mais il faut aller un peu plus loin dans cette réalité ! Comment une personne âgée pourra prétendre s'installer dans un tel établissement pour des milliers de retraités et avoir accès à des magasins avec une retraite ne dépassant pas 600 ou 800 Euros par mois ? Et ceci n'est pas un minimum ! Parfois, c'est beaucoup moins que ça ! Quand vous observer une petite dame au rayon boucherie qui remue toutes les barquettes pour trouver un prix qui correspond à son faible budget alimentaire sans tenir compte du poids, de la qualité et parfois au détriment de sa santé ! Alors comment faites-vous ? Ce n est pas une maison de retraite inaccessible et des magasins dits de « luxe » en galerie marchande qui vont lui fournir l'essentiel pour vivre correctement Moi, j'ai observé ce phénomène assez souvent pour en être vraiment conscient ! Donc vos grandes idées sociales sont bien loin de la réalité. On ne refait pas un monde parfait sans en voir étudier les inconvénients et sans en appréhender les vérités. Aujourd'hui, on laisse la place à la marchandisation au détriment de la sensibilité humaine. Une ville comme Périgueux se doit de prendre en charge le bon et le malheur.

Monsieur le Maire, je ne mets pas en doute votre volonté d'aider les plus démunis puisque c'est logiquement la vocation d'un parti de gauche, mais je pense que vous vous devez d'aller voir de plus près les réalités afin de mieux en réduire les effets négatifs. Je ne me mets pas en valeur parce que je suis bénévole à Emmaüs et que je participe à la maraude l'hiver dans Périgueux, mais je crois être au cœur du sujet pour en dénoncer cette réalité qu'il nous faut réduire au maximum afin d apporter plus de bonheur aux êtres humains qu'ils soient SDF, petits retraités, malades et autres conséquences de notre société à l'envers.

Monsieur Moyrand, je pense que vous réagirez à ce courrier, et je me tiens prêt à une concertation avec vous où avec vos adjoints concernés. Croyez bien que cela n'a en aucune façon, le but d'être en opposition avec votre politique mais seulement d'être en accord avec notre rôle d'aider les plus démunis avant toute autre considération partisane. Je suis un citoyen du monde, donc de ma ville au même titre que vous.

Maurice Melliet

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 2 novembre 2008 18:17  

Réponse à La Chouette (commentaire ci-dessus).
1. Propriété privée = liberté de choix : c'est clair, reçu 5 sur 5...
2. Si le Leclerc est déplacés cela fera des heureux ailleurs, je n'en doute pas... mais ceux qui s'approvisionne régulièrement dans cette grande surface et qui se retrouveront à devoir faire leur courses dans des galeries commerciales ou le choix sera moins grand et les prix plus élevés (c'est un fait), feront grise mine. Donc effectivement le malheur des "uns", c'est à dire le notre, fera le bonheur des "autres", ceux près de qui le Leclerc s'installera.
3. Là, nous parlons de Leclerc qui, quoi qu'il arrive fera toujours des bénéfices substantiels. Si le propriétaire anticipe un accroissement très important de son revenu en délocalisant, soit, qu'il le fasse sans aucuns remords, et tant pis pour nous (et tant mieux pour les autres). Sinon, nous en appelons au propriétaire pour qu'il laisse son magasin là où il fait des heureux. Ce serait une décision morale qui peut-être, s'avérerait être la meilleure financièrement. Je peux comprendre que ceux qui vont faire leurs achats en périphérie ne soient pas très convaincu par ce que Maurice et moi disons. Il faut être client dans ce Leclerc, profiter, et voir profiter les autres des prix raisonnables, du grand choix et de la gentillesse des employé(e)s, pour comprendre ce qui nous motive.
4. Ce sont les gens qui crient haro sur le baudet qui réveillent les consciences. S'ils peuvent suggérer des solutions aux problèmes qu'ils exposent, tant mieux, mais ce n'est toutefois pas leur rôle. Bien informés ou pas, ils lancent les débats, dénoncent les injustices ou les inepties. N'est-ce pas en soit quelque chose de salutaire ?

Comme toi, je pense que Leclerc, comme Carrefour, Intermarché et les autres dépouillent les producteurs, et qu'ils devraient faire de gros efforts pour payer aux producteurs un prix juste, tout en maintenant un prix de vente que nos bourses peuvent s'offrir. C'est à dire qu'ils doivent réduire leur marges de profit. Cela n'empêche pas que Leclerc en particulier a montré c'est derniers temps un visage un peu plus humain ; Michel-Edouard Leclerc est-il entré dans l'âge de raison, ou est-ce tout simplement du marketing ?... en attendant de le savoir, je trouve que l'on devrait prendre note de ce semblant d'humanisme et, sinon montrer de la reconnaissance, villipender avec plus de retenue. Reconnaitre les bonnes actions, aussi petites soient-elles, est la meilleur façon d'encourager les cancres à devenir de meilleurs élèves ou les tyrans à devenir des chefs d'état magnanimes.

Pour ce qui est de la maison de retraite, je suis de nouveau de ton avis (ce que dit Maurice n'est pas faux pour autant) ; mais je ne m'engagerai pas dans ce débat duquel je suis, de par mon âge, encore un peu éloigné. Personnellement, je pense qu'il serait plus naturel de la bâtir sur les bords du canal plutôt qu'en centre ville, au milieu de toute cette circulation, et sous les hauts murs d'une prison...

Amicalement, W

Commentaire de Anonymous TTNE , le 2 novembre 2008 18:19  

Comme d'habitude, il y a amalgame entre maison de retraite et foyer logement et ici de quoi parle-t-on? : Une maison de retraite (ce terme tant à disparaître pour être remplacé par EHPAD) reste un lieu de vie ouvert où les résidents, même malades, ont envie et besoin de sortir acheter des pommes de terre pour "faire la soupe". Un foyer logement est une habitation non médicalisée où des personnes âgées ont des appartements "normaux". Ces lieux de résidence et de vie sont une nécessité dans une région vieillissante telle que la notre; et même si cela reste chère, des aides existent. Quelqu'un parlait de personnes âgées du quartier venant faire leur courses dans le Leclerc; ces mêmes personnes âgées seront peut-être contentes, un jour, de trouver une formule d'habitat adaptée à leur vieillissement, à leur handicap et qui leur permettra de rester dans leur quartier. Bien évidemment, je suis d'accord quant à l'utilité de magasins de proximité qui sont essentiels à la vie de quartier et à la vie tout court.
Je suis Périgourdine d'origine et j'ai toujours entendu dire que cette "moyenne" surface devait fermer (même au temps de COOP si mes souvenirs sont bons quant au nom de l'avant Leclerc) donc, je me demande si tout ceci n'est pas une tempête dans un verre d'eau.
Biz
TTNE (animatrice en EHPAD)
________Merci pour le com________

Tu apportes des éléments intéressants dans cette discussion. Si l'on écarte un instant le sujet de la délocalisation du Leclerc, Maurice Melliet, M. Moyrand, La Chouette, ou TTNE, vous arrivez tous à un même constat : la population vieilli et il faut trouver de nouvelles méthodes efficaces et peu onéreuses pour venir en aide à ceux qui sont démunis et qui bientôt ne pourront plus se prendre en charge. Ce sera, avec la recherche d'une alternative au pétrole, la surpopulation etc, un des grands défis de notre siècle. W

La belle epistoliere de Maurice Melliet publié le mercredi 11 juin 2008

Il faudrait être un sociopathe pour ne jamais avoir en soi de beaux sentiments pour son prochain...
Maurice Melliet est un sentimental (et un poète) au cœur grand comme notre cathédrale. Lui qui a toujours cherché à panser les égratignés de la vie, rend aujourd'hui hommage, avec « l'Épistolière », aux femmes dont les écrits l'ont enchanté.

L'Épistolière

Cette femme qui par l’envie
de me d’écrire à chaque pas
m’avait entrainé jusqu’à l’asile du poète
sur cette butte au jardin de Marqueyssac.

En bas, La Roque-Gageac promenait ses gabarres
pleine de robes légères et d’ombre solaire.
Au-delà, Domme nous narguait de toute sa hauteur,
là, où Jacquou ne savait plus s’il était à sa place…
En passant près du siège du pape nous y avons fait halte
afin de reposer quelques conditions
tellement palpitantes que nos cœurs
s’embrasèrent le temps que ce feu intérieur se calme !

La promenade s’habillait d’enfantillage qui riait
dans ce labyrinthe vert en égratignant
les boules de buis au son de cris turbulents !

L’approche du belvédère nous fit découvrir
cette vallée restée presque vierge…
un peu comme elle, il y a 20 ans !

L’écriture encore craintive,
elle commença sa leçon de poésie
par des mots empruntés à l’amour
pour en arriver à tutoyer mon cœur
et emprunter ma main
sur son genou dénudé par le vent.

En revenant par ce chemin déjà tracé dans nos cœurs,
nous prirent les oiseaux comme témoins en sifflant
l’air qu’elle aimant tant que j’en fit une chanson.

L’instant d’écrire à deux mains
arriva si vite que l’encre ne quitta nos doigts
que tard dans la nuit en relisant nos sentiments
recouverts d’un drap de soie sauvage…

Aujourd’hui, elle ne pose plus jamais sa plume
auprès de mon dernier livre au risque
de le rendre jaloux de sa belle écriture d’épistolière…

Maurice Melliet   Périgueux, lundi 2 juin 2008 á 19h02

© photo des buis de Marqueyssac - Maurice Melliet

Libellés : , ,




Commentaire de Blogger Brigitte , le 12 juin 2008 10:44  

Très bel hommage ! Très beau texte où la musique des mots s'enchaînent comme une mélodie qu'on ne se lasse pas d'écouter...Bravo ! Par les temps qui courent, c'est un vrai bonheur !

Brigitte

Carnaval de Perigueux 2008 - Les photos publié le lundi 7 avril 2008

Le temps cette semaine était difficilement prévisible. Il n'a pas fait aussi bon que nous l'aurions voulu, mais le petit vent froid était supportable, surtout quand le soleil pointait son nez. En tout cas vous étiez là en grand nombre et c'est ce qui comptait. Les efforts des organisateurs auront été récompensés par les sourires et les cris de joie des bambins.

Carnaval de Périgueux 2008 - La foule
Comme disait Maurice Melliet* (qui participait à l'organisation de cette fête) dans un précédent commentaire, les carnavals n'inspirent pas le même engouement dans cette région de France que dans le Nord où cela fait depuis des lustres parti des traditions régionales. Cependant, il semblerait que les gens d'ici y aient pris goût ; et ils n'ont pas tort. C'est une façon plaisante de rassembler la foule dans la rue, c'est-à-dire loin des consoles de jeux vidéos et des postes de télévision : le fléau de notre société – j'ai une meilleure opinion de l'Internet s'il est utilisé à bon escient...

Carnaval de Périgueux 2008 - Les photos
Le carnaval était bien, mais aurait pu être mieux (il faut bien que je fasse une petite critique) : les géants étaient impressionnants et certains costumes étaient assez réussis, mais on sent que les chars – sauf peut-être celui qui avait des roues en bois et qui ressemblait à une catapulte ou un voilier viking sur roue (quant à la bulle sur le devant ?) –, n'avaient pas nécessité beaucoup de travail... je comprends toutefois que nous ne sommes pas à Rio ou à Dunkerque où les gens là-bas passent des semaines, voire des mois à la préparation des chars et des costumes. J'aurais aussi préféré que le devant des camions ait été décoré, car on avait l'impression de voir arriver un « convoi exceptionnel ». Peut être faudrait-il déscerner un prix pour le meilleur char et pour le meilleur costume l'année prochaine, afin de susciter plus d'engagement et d'élan créatif chez les participants ?

*Maurice Melliet, pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est ce grand homme ci-dessous, tout habillé de blanc à la barbe fournie, arborant le drapeau du Tibet.
La bulle derrière lui fait partie d'un char, et non pas de sa coiffe.

Carnaval de Périgueux 2008 - Les photos avec Maurice Melliet



Je n'ai pas assisté au « jugement de Pétassou » et j'en suis bien désolé ; mais le petit vent avait nettement fraîchi et, je ne me suis pas senti le courage d'attendre jusqu'à 19h00 pour le voir partir en fumée. Si vous avez de bonnes photos à m'envoyer (que je posterai sur ce blog), n'hésitez pas à me contacter  ›

Libellés : ,




Commentaire de Anonymous Maryse , le 7 avril 2008 12:24  

Gandalf avec la bulle derrière, c'est trop marrant. D'accord avec toi, les chars, mais à part la Harley et le préhistorique, pas terribles.... j'ai adoré le groupe de percu, j'ai des photos d'eux si tu as besoin. Je suis rentrée avec la fin, donc pas allée sur les quais, malheureusement. Bonne journée William

W répond : oui, la Harley était sympa. Merci Maryse de me proposer des photos. Tu peux m'envoyer jusqu'a six de tes meilleures photos.
Deux ou trois photos du « jugement de Pétassou » seraient les bienvenues. Ne fait aucun travail dessus (tu peux les réduire un peu si elle sont trop larges (800x600)). Merci d'avance W

Commentaire de Anonymous Maurice Melliet , le 8 avril 2008 13:58  

Maryse, tu es bien difficile et sévère... Viens donc au comité carnaval et tu verra ce que cela représente de travail pour faire venir plusieurs milliers de personnes dans la rue un dimanche après-midi !
On est pas dans une région de culture carnavalesque comme à Dunkerque où aux Antilles, Même si en effet nos chars sont parfois un peu simple, c'est aussi par manque de moyens financiers et parce que les comités des fêtes n'en fabriquent plus, donc difficile d'en trouver des nouveaux.
En tous les cas, le budget musique est très important puisqu'il y avait 11 sources musicales sur le défilé avec 15 véhicules.
Voilà Maryse afin de remettre la pendule du carnaval à l'heure
Maurice

W répond : si on fait un appel l'an prochain, peut-être que d'autres bénévoles joindront le comité du carnaval (ou des fêtes) pour participer à la décoration des chars et à la création des costumes pour rendre ce carnaval encore plus attrayant. Beau travail au comité du carnaval ; l'ambiance et la musique était formidable. W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 9 avril 2008 12:13  

bien les photos. j'étais là avec mon fils, on s'est bien amusé.

Commentaire de Anonymous Maryse , le 9 avril 2008 19:16  

Maurice, je ne me permettrais pas de critiquer l'organisation, je n'ai parlé là que des chars et d'un simple point de vue de badaud. J'ai aussi entendu aussi cette même remarque autour de moi. Coté musique rien à dire, en effet.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 3 mars 2009 03:54  

alors votre carnaval est fade

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 7 février 2010 18:14  

Ce blog me permet de renouer contact avec ma ville natale, maintenant je suis un "filh de loira" périgourdin de Pau où il y aussi un caranaval qui à commencé hier www.carnavalbiarnes.fr et il n'est pas mal avec son Sent Pançard et ses batucadas, mais j'avoue que j'aimerais voir Pétassous brûler en mars prochain.
Ce qui est dommage c'est que le carnaval de Périgueux n'ait pas un site complet comme celui de Pau ou de Nice.
Et la force d'un carnaval c'est fabuleux , c'est à la fois d'être très local(le carnaval de Pau est un carnaval est béarnais , gascon, occitan et ouvert sur le monde avec des groupes venus de partout), pour ça je pense que Pétassou pourrait s'inspirer de Saint Pançard.
Après tout, ce sont des carnavals aquitains, les béarnais et les périgourdins devraient se rendre visite et échanger quelques tuyaux.

Carnaval de Perigueux 2008 - Annonce publié le mercredi 2 avril 2008

Le Carnaval de Périgueux c'est aujourd'hui dimanche !!!

Amenez les enfants et n'oubliez pas les masques...

Où étais-je lors du dernier Carnaval de Périgueux ? Je n'en ai aucune idée et j'ai beau chercher dans mes derniers 127 billets (qui sont aussi mes premiers), je n'ai rien trouvé qui en fasse la mention. Mais cette fois-ci je ne manquerai pas de me mêler à la foule qui, grâce au retour du soleil et des températures printanières prévu pour la semaine prochaine, sera considérable et joyeuse.
Mise à jour : selon les dernières prévisions météorologique le soleil brillera moyennement et il fera une quinzaine de degrés, ce qui est un peu frais.

25eme anniversaire du Carnaval de Périgueux

dimanche 6 avril 2008
Poster créé par Maurice Melliet à l'occasion des 25 ans du Carnaval de Périgueux Un des superbes posters produits par Maurice Melliet à l'occasion du Carnaval 2008

Le programme

le matin visite des quartiers : le Gour de l'Arche - le Toulon - Saint-Georges avec quelques chars et de la musique

vers midi : apéritif offert par le comité st georges

14 h 30 début du grand défilé carnavalesque avec 15 chars et 11 groupes de musique comme :
  • Collector de Bordeaux
  • Les Lituaniens avec les géants Méga Sonic
  • La Bande à Nous
  • La musique des pros de la SNCF
  • Les Zinzounayes
  • Le Grand Ordinaire
  • Les enfants du centre de loisirs d'Atur
  • La sono à Michael
  • Samba Garage(ancien tintamare)
  • et enfin du Country avec Périgueux Western Dance

Toute l'après-midi consacré à la musique, la danse et au défilé ; une tonne de confettis déversée sur la ville ; quelques centaines de kilos de bonbons offerts aux enfants et aussi aux grands enfants que sont les parents et les grands-parents par le char à bonbons.

Le soir vers 19 h le jugement de Pétassou 25 et la descente sur les quais avant l'enfer pour lui ! Il sera brûlé devant des milliers de carnavaleux dans une ambiance musicale. Ensuite la ville est ouverte à tous pour faire la fête, costumés où pas ! cela n'a plus d'importance, à vous de jouer !

Quatre oriflammes montrant les posters composés à l'occasion du Carnaval 2008Les quatres posters de Maurice ont été accroché sur la place de l'Hôtel de Ville

Exposition Photo de Maurice Melliet

Dans les rues pour les 25 ans du Carnaval
22 oriflammes accrochées place de la Mairie
et plus de 20 le long des boulevards
Une photo prise au cours du carnaval de Périgueux en 2007 et trois autres posters. Cliquez pour voir l'agrandissement des posters s'afficher ci-dessous.Une photo prise au cours du carnaval de Périgueux en 2007 et trois autres posters.

Cliquez sur la photo ci-dessus pour voir l'agrandissement des posters s'afficher dessous.


Voir les photos du Carnaval de Périgueux 2008 ›

Libellés : ,




Commentaire de Anonymous Owen , le 4 avril 2008 21:10  

Je n'ai jamais compris pourquoi déjà depuis plusieurs années le carnaval est célébré si tard alors qu'il est normalement juste avant le mercredi des Cendres, d'où son autre nom ("Mardi gras"). Même si les références religieuses des Cendres et du Carême parlent de moins en moins aux gens (moi y compris), ça me semble un peu aberrant de voir qu'aucune commune de Dordogne ne l'a fêté le même jour!

Commentaire de Anonymous meliet maurice , le 5 avril 2008 11:42  

POUR OWEN
cette année, le carnaval est retardé à cause des élections et d'un concours européen de coiffure qui en fait n'a pas eu lieu, cela a fait presque un mois de retard par rapport a ce qui était prévu.
Ensuite le fait de faire le carnaval le dimanche plutôt que le mardi gras vient d'un manque de monde à cause du mardi, jour de travail, les écoles et les entreprises ne donnant pas cette journée comme un jour férié.
Il faut dire (et tanpis pour les périgourdins) que le carnaval n'est pas vraiment la culture de la Dordogne, nous ne sommes pas à Dunkerque ou chaque habitant prend plusieurs jours et parfois c'est le patron qui offre la journée à ses employés...
Ici, malgré des tentatives du comité carnaval depuis 25 ans, cela n'a jamais été possible au même titre qu'un rapprochement entre la banlieue"rose & rouge" et la ville en "bleu". Impossible de faire la kjonction entre ces communes ! la politique passe avant le plaisir des électeurs-contribuables !
J'imaginais un jour voir la CAP gérée ce carnaval à la dimension d'une agglomération sans distinction de "race politique" mais je pense être un doux rêveur ! cela n'est pas possible, dommage !

Maurice Melliet

REUNION DES HYDROPATHES DE PERIGUEUX JEUDI SOIR publié le mercredi 27 février 2008

Poèmes et vin, vin et poèmes

Hotel des Barris à PérigueuxCe jeudi sera le dernier du mois, et comme depuis peu, les Hydropathes de Périgueux, club de poésie de Périgueux, se réuniront à l'hôtel des Barris, de l'autre côté du pont des Barris, à droite. La réunion débute à 20h30.

Comme m'a expliqué Maurice Melliet, les soirées ne sont pas réservées exclusivement aux personnes qui composent des poèmes ; tous les amoureux de la poésie sont les bienvenus.

Appelez Maurice au 05 53 53 50 50 si vous désirez plus d'informations.


J'ai déniché sur le site des Hydropathes de Périgueux ce charmant poème de notre Maire, Xavier Darcos, écrit à l'occasion de la remise des Palmes Académiques à Jean (Jeannot) Boussuges, le poète du Coderc.

Ode à Jeannot

Voici donc que Jeannot abandonne ses tongs
Pour des palmes violettes à la forme oblongue.

Le Coderc aujourd'hui est une académie
Dont le maître à penser est anar à demi.

C'est un cœur pur de citoyen du monde
Pour qui toute violence est une farce immonde,
Ennemi de la guerre et de tous les canons
Car pour lui sans l'amour rien ne peut tourner rond.

Comme à tu et à toi avec tout ce qui bouge
Qu'il soit bleu, qu'il soit petit ou grand,
qu'il soit rouge.

Et un le cœur sur la main, battant, gros comme ça,
Tous les jours, par tout temps, selon la vie qui va,
Comme prêt à voler toutes voiles dehors
Au milieu des primeurs de notre Périgord.

Un bonhomme d'amour qui va roulant sa bosse
Infatigable auteur de vers - mais jamais rosses,
Et poussant ses chariots comme mère courage :
C'est tout ce qui est humain qui vient lui rendre hommage !
Xavier Darcos
Jean Boussuges, poète périgourdin
Portrait de Jean Boussuges réalisé par Maurice Melliet


Découvrir l'origine des Hydropathes (Wikipedia)
Un espace Web créé par Maurice Melliet pour les Hydropathes : Poésie Hydropathes de Périgueux ›
Un blog sympa au sujet de l'hôtel des Barris ›

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous Mathilde , le 28 février 2008 17:20  

ça doit être intéressant mais malheureusement j'habite un peu trop loin de Pgx.
Dommage.
Mathylde
raleuseduperigord.rmc.fr

Mathilde(et tous les auteurs de commentaires), tu peux mettre ton nom et l'adresse de ton site lorsque tu sélectionnes Nom/URL dans 'Choisir une identité' sur le formulaire de commentaire. N'oublie pas d'ajouter le http:// en plus de l'adresse par exemple : http://raleuseduperigord.rmc.fr ou http://www.monadresse.fr/ sinon le lien ne fonctionnera pas (ne pas mettre d'accents non plus).

Je viens de le faire pour toi. Dommage en effet que tu ne puisses pas venir. Je m'y rends ce soir pour la première fois et je ferai sans doute un petit billet à ce sujet.

Merci pour le com et à bientôt, W

Les Hydropathes de Perigueux - confirmation nouvelle adresse publié le mercredi 30 janvier 2008

Puisque que l'Art Nôtre n'est plus (gros chagrin...) , le club de Poésie de Périgueux, Les Hydropathes de Périgeux a dû trouver un nouveau lieu de rencontre.

Hôtel des Barris à PérigueuxLes Hydropathes se réuniront dorénavant à l'hôtel des Barris, à droite à la fin du pont du même nom, les derniers jeudis de chaque mois à 20 h 30. La prochaine réunion aura donc lieu le 28 février.


J'ai parlé des Hydropathes dans un précédent billet que voici : Poésie
Un espace Web créé par Maurice Melliet pour les Hydropathes : Poésie Hydropathes de Périgueux

Les Noctambulations de Ludo (CanalMoins.net) nous emmènent dans les rues de Périgueux à la rencontre des Hydropathes de Périgeux (octobre 2007 à l'Art Nôtre)

Libellés : , ,




Joyeux Noel publié le mardi 25 décembre 2007

Rue Limogeane Périgueux Noël 2007Durant ces quelques derniers jours j'ai sillonné les rues de Périgueux à la recherche de l'esprit de Noël et... je ne l'ai pas trouvé.

J'ai été déçu par le manque d'engagement dans ce sens de beaucoup de commerçants. Mis à part dans la rue Limogeane, il y avait peu de sapins et de décorations extérieures pour donner à la ville l'atmosphère qui remplit de rêves la tête des enfants et celle des Peter Pan qui leur tiennent la main.

J'aurais voulu voir des chorales chantant des cantiques de Noël, puis collectant, pourquoi pas, quelques pièces pour ceux qui sont dans le besoin. Au lieu de cela, les haut parleurs débitaient toujours les mêmes « Christmas Carols » (les trois quarts des chansons sont d'origines anglo-saxones) aux quatre coins de la ville. En dépit de ma culture à moitié anglo-saxone, je m'offusque de l'américanisme outrancié qui règne en France.


Maurice Melliet Emmaus Périgord père Noël 2007J'aurais voulu voir sur la place du théâtre ou sur une des places plus centrales, des stands chauffés offerts gracieusement par la Mairie pour Emmaüs, un autre pour les Restos du Cœur ou pour les Petits Frères ou Sœurs des Pauvres ou pour d'autres bonnes œuvres. Car notre âme peut se révéler charitable si on sait faire appel à elle, là et quand c'est le plus propice.

On aurait pu sans avoir à se rendre au QG d'Emmaüs, emmener les enfants voir le véritable Papa Noël de Périgueux, j'ai nommé Maurice Melliet ; un Père Noël qui par ses nombreuses actions l'est tout au long de l'année.

père Noël avec traineau et renne Périgeux 2007Oui les rues étaient pleines de monde, mais la magie n'y était pas. J'imagine que ceux qui faisaient leurs achats trouvaient l'exercice futile.
– « Notre existence se limite donc t-elle à cela ? » se sont-ils sans doute dit.

Bien sur il faut offrir des cadeaux aux petits, riches ou pauvres. Mais ce ne sont pas seulement les cadeaux qui après bien des années marqueront leur mémoire, mais aussi la crèche de la nativité, la messe de minuit ou tout autre rassemblement où l'on exprime sa foi, les sapins enguirlandés de petites lumières blanches ou multicolores, la bûche (qui donne mal au foie), les chorales, les Hohoho du Père Noël, la joie ressentie devant tout ce spectacle.


Cette joie qui manquait en ce lundi de veillée de Noël, sauf... sauf sur la patinoire, seul endroit à Périgueux où j'ai vraiment entendu le rire des enfants que le bruit du canon à neige n'arrivait heureusement pas à couvrir.

Espérons qu'au cours des Noëls futurs une plus grande place sera réservée à la tradition et que la charité y sera facilitée.

Joyeux Noël de la part d'un homme qui vient de prendre un an de plus et à qui cela ne donne guère envie de sourire aujourd'hui.

Mise à jour : voici une vidéo faite par l'équipe de Canalmoins.net à Périgueux. Jonathan Labbé, animateur improvisé de la patinoire, arrive sans difficulté à créer une queue leu-leu. Comme quoi les Périgourdins ne sont pas aussi coincés qu'on le dit.

Libellés :




Commentaire de Anonymous Brigitte , le 25 décembre 2007 23:15  

Très bon anniversaire à vous...et ... Joyeux Noël quant à faire...ainsi que bonne digestion car la semaine prochaine risque d'être tout aussi pantagruéliques ...

Commentaire de Anonymous TTNE , le 26 décembre 2007 09:47  

Je suis étonnée de ta naiveté concernant les fêtes de fin d'année. Fais donc un sondage autour de toi, il n'y a quasi-personne qui aime cette période. On le fait pour les enfants mais la signification première à savoir la nativité a disparu, quant aux dons aux assos il faut bien faire un choix : Ma boite au lettre regorge de ces demandes, qui peut se permettre de donner à tout le monde ? Pas moi, hélas. Biz

Commentaire de Anonymous SP , le 29 décembre 2007 08:47  

Bonjour, je fais la connaissance de votre blog... je suis artisant-commerçante sur Périgueux depuis Septembre 2006, installée dans la zone "historique".
Je partage certaines de vos valeurs en cette période de Noël et de nouvelle année. J'ai pour autant été surprise d'entendre des touristes, et des clients se plaindrent des "...aspects trop religieux et humanistes de cette période de l'année...". Nombreux ont oublié certains repères fondamentaux...

Bonnes fêtes de fin d'année
Sophie

Une petite selection de mes billets



Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

PERIBLOG COMPTE PLUS DE 340 BILLETS...

Voici ci-dessous mes 25 derniers billets. Voir les archives (dans la colonne de droite) pour le reste mois par mois