Vernissage Sereirrof Perigueux 2008 publié le vendredi 19 décembre 2008

L'App'Art déménage

L'App'Art, galerie d'art, ouvre ses portes pour la dernière fois au public. En effet Véronique et Daniel Faure ont dû trouver un nouvel endroit où héberger l'association qu'ils ont créée voici près de 3 ans et demi. Comme l'Art Nôtre qui a fermé ses portes rue de la Sagesse l'an passé, la galerie doit être transformée en appartements dans un futur plus ou moins proche.

L'App'Art emménagera en février ou mars, au 10 rue Arago : la rue parallèle à la rue du président Wilson, à hauteur de la CCI. C'est tout à côté de Radio 103 Périgueux. Je regrette que ce soit trop à l'écart des parcours touristiques. Reste heureusement les habitués, dont je fais partie, qui continueront à visiter les expositions assez particulières, organisées par cette association dynamique. Daniel Faure y sera de nouveau peintre en résidence [ Daniel Faure sur Periblog ].

Si quelqu'un peut prêter ou louer à un prix modeste un local au centre de la vieille ville qui pourrait servir de galerie d'art auto-gérée, qu'elle ou qu'il se manifeste. C'est tellement triste depuis la disparition de l'Art Nôtre (qui en dépit des raisons avancées pour sa fermeture, au bout d'un an, reste vide et n'est toujours pas en travaux)...

Photos prises lors du vernissage de l'exposition de Sereirrof le 2 décembre a l'App'Art

Vernissage Sereirrof - 2 décembre 2008
Carole, William, Dominique Louis
Carole, moi et Dominique Louis - © Francis Aviet
Si vous voulez visiter l'App'Art dans ce qui est encore son écrin pour une ultime journée, rendez-vous demain au 1 place Daumesnil, au bas de la rue St-Front. Le peintre Sereirrof y expose une série d'oeuvres intitulée : « Drôles d'histoires ». Drôle de titre si vous me demandez, car les visages et les corps que Sereirrof a peints, ne sont pas ceux de créatures qui s'amusent beaucoup. Tourmentés, en soufrance... oui ; radieux, sereins... certainement pas.

Sereirrof peintreJe n'ai pas trop de temps ce soir pour vous décrire mon ressenti, mais disons que je n'acquerrais pas certaines de ces peintures pour égayer un salon. Picturalement, ce sont des oeuvres qui laissent un impact considérable dans l'esprit de ceux qui se sont attardés devant quelques instants... mais elles communiquent dans leur ensemble, trop d'angoisse. Le défini anatomique des personnages n'est pas sans rappeler celui de ceux peints par Goya ou les sculptures de Michel Ange. Les portraits en deux ou trois tons de célébrités qu'il admire, sont magnifiques, et ceux des compositeurs Gustav Mahler, tchèque, et de l'austro-hongrois György Ligeti m'ont particulièrement impressionné.

Vernissage Sereirrof - 2 décembre 2008
Vernissage Sereirrof - 2 décembre 2008
Vernissage Sereirrof - décembre 2008
Vernissage Sereirrof - 2 décembre 2008
[1] Gustav Mahler [2] ?
[1] Gustav Mahler [2] ?

[1] Jorge-Luis Borges [2] Gyorgy Ligerti
[1] Jorge-Luis Borges [2] György Ligeti

Je recopie ici le premier paragraphe de la présentation qu'a fait du peintre, un certain J.R.G. :
« Ce qui surprend et fascine dans l'oeuvre de Sereirrof, c'est la puissance de l'expression et, en même temps, l'intemporalité de ses personnages taillés dans la masse, sculpturaux, à l'anatomie violente, hommes et femmes en lévitation, égarés dans un espace sidéral, hommes et femmes, dos à dos, rivés à une tragique incommunicabilité. C'est l'homme, l'homme créé, dans toute sa nature qui, visiblement, cherche son origine ou son créateur. [ ... ] J.R.G. »

Libellés : , , , ,




Commentaire de Anonymous Helene Robert , le 22 décembre 2008 15:12  

Au fait, en passant, qui a acheté l'immeuble?...
Hélène
___________Merci pour le com________

Pas évident de le savoir Hélène... W

Municipales 2008 et petition pour l'Art Notre a Perigueux publié le lundi 10 mars 2008

Les deux principaux candidats aux municipales de Périgueux ont eu chacun 45% ; il y aura donc un second tour.

Je ne suis pas complètement déçu, même si j'aurais aimé voir mon candidat de choix (Xavier Darcos) être élu au premier tour ; mais ses résultats ne sont pas aussi mauvais que la presse l'avait si malicieusement prédit. Les électeurs périgourdins ont montré qu'ils étaient capable de penser pour eux-mêmes.

Je ne partage pas le choix de certains d'entre vous, mais il est évident à voir les chiffres, que vous avez tous voté avec votre cœur et votre tête. Vous avez fait ainsi abstraction des influences venant de droite et de gauche.

Mon désir serait qu'au deuxième tour, vous mettiez de coté ce qu'il vous reste de convictions politiques, et ne pensiez uniquement qu'au futur de votre ville. Je ne demande pas aux électeurs de gauche, bien sûr, de renier l'amitié ou la sympathie qu'ils ressentent pour Michel Moyrand – que je respecte bien évidemment, mais dont l'heure d'être maire de Périgueux, à mon avis n'est pas encore venu –, ni de renier l'amour pour leur prochain, ni d'arrêter de se révolter contre la pauvreté et les injustices de toutes sortes... Voter pour un candidat qui est dans un gouvernement de droite ne signifie pas cela. Souvenez-vous (si vous étiez en âge de comprendre) de ce qu'avait dit Giscard d'Estaing à Francois Mitterand durant la campagne présidentielle de 1974 : « Tout d'abord je trouve toujours choquant et blessant de s'arroger le monopole du cœur. Vous n'avez pas Monsieur Mitterrand, le monopole du cœur ! Vous ne l'avez pas... J'ai un cœur comme le vôtre qui bat à sa cadence et qui est le mien. Vous n'avez pas le monopole du cœur. ». Oui en effet, la droite (surtout celle-ci) à un cœur elle aussi ; même si l'éblouissement causé par la Rolex de notre Président nous empêche malencontreusement de le voir battre...

Jean-Paul Daudou, premier adjoint au maire de Périgueux
Jean-Paul Daudou (à droite sur la photo), premier adjoint au maire de Périgueux
Alain Dupuy demeurant à Angoulême, enquêteur de sondage pour la SOFRES
Alain D. demeurant à Angoulême, enquêteur de sondage. Alain était à Périgueux pour reporter en premier lieu, le résultat du dépouillement des 200 premiers bulletins de vote au QG de la SOFRES à Paris pour qui il travaille.

Je crois que mon billet de vendredi 7 mars intitulé « Darcos - Moyrand - Elections municipales Perigueux 2008 » sur les communales est toujours d'actualité. Je l'ai un peu affiné (mais pas raccourci...) et j'ai ajouté quelques photos.

Permettez-moi de réitérer le fait qu'en dépit des propos tenus dans mes derniers billets, dont celui-ci, je ne suis pas membre d'un quelconque parti de droite (ou de gauche) et ne le serai jamais ; j'aime trop mon indépendance... Il s'avère tout simplement, qu'en ce moment, je ne vois pas de meilleur gouvernement que celui mené par Nicolas Sarkozy et François Fillon pour le bien des français et de meilleur maire que Xavier Darcos pour le bien des périgourdins. Il est possible que dans 6 ans je change d'avis, mais il est bien trop tôt encore pour le savoir.

Un geste pour l'Art Nôtre

J'aimerais lancer une campagne pour que l'Art Nôtre soit ré-ouvert, ou si cela n'est pas possible, pour que l'on ouvre un lieu semblable en superficie et sans fioriture (que l'on baptiserait du même nom) au centre de la ville où les artistes locaux pourront tour à tour, pour un prix de location (très) modique, exposer et vendre leurs œuvres. J'offrirais mes services, si la mairie le veut bien, pour m'occuper bénévolement de la salle.

Si vous êtes artiste ou si vous regrettez tout simplement le sort fait à l'Art Nôtre, merci de m'envoyer un commentaire que j'imprimerai et présenterai sous la forme d'une pétition au maire élu (Xavier Darcos ou Michel Moyrand). Pour valider votre voix, veuillez ajouter votre nom complet. Celui-ci apparaitra sur l'imprimé, mais n'apparaitra sur le blog que si vous m'en donnez la permission.

J'en reparlerai dans les prochains jours, mais vous pouvez d’ores et déjà m'écrire à ce sujet. Je vous en remercie d'avance.

Le dicton de la semaine

New York photo prise par Rajanee Bhana mon ex-épouse en 2005
Dicton de Marc Twain. Photo prise par Rajanee mon ex-épouse entre l'ile de la Statue de la Liberté et Manhattan en 2005

Bonne semaine à toutes et à tous ! W

Libellés : , , , , , ,




Commentaire de Anonymous PaulM , le 10 mars 2008 14:56  

Bonjour,
"D'arrêter de se révolter contre la pauvreté et les injustices de toutes sortes..." ( ? )
Ceci est un discoure impossible!
Le Malheur est là tous prés de vous,bien cachée,se cachant volontairement et vous lui demander de se taire ? Pour nos petites vies confortables,combien doivent payer ? Quand Giscard parlait " du cœur " il parlait du sien... il parlait de compassion, d'aumône, de condescendance
alors que Mitterand parlait de justice .
Le monde est souffrance que vous le vouliez ou non et votre richesse intellectuelle d'aujourd'hui (positive) d'autres la payeront par leurs ignorances .
Merci pour votre blog intéressant et toujours très richement ... illustré.
Paul M

Merci. Vous m'avez mal lu, Paul... j'ai dit en résumé que je ne demandais pas aux électeurs de renier les qualités de cœur qu'on leur reconnaît, bien au contraire, mais de mettre leur convictions purement politiques de coté afin qu'ils ne soient pas influencés négativement au moment de faire le choix pour le futur de leur commune. Mais je me rends compte après relecture du paragraphe concerné que la construction alambiquée peut en effet créer confusion. Je vais l'améliorer.

La gauche a cette perdurable perception que les gens qui ne les joignent pas ne sont pas capables d'être touchés par les malheurs de notre société. Si c'était le cas, les gens de droite seraient tous des sociopathes, ce que j'ai du mal à croire. W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 10 mars 2008 21:19  

Il est bien evident que Xavier DARCOS EST SÜREMENT un bon maire mais Alain JUPPE nous a démontré que lorsque l'on s'occupait à fond de sa ville on était beaucoup plus crédible que lorsque l'on était entre PARIS ET PERIGUEUX ËTRE MINISTRE ET MAIRE pour moi c'est trop de bla bla un est délaissé forcement et les périgourdins ce qui veulent c'est un maire disponible

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 9 septembre 2009 15:13  

Il est écrit : "Il s'avère tout simplement, qu'en ce moment, je ne vois pas de meilleur gouvernement que celui mené par Nicolas Sarkozy et François Fillon pour le bien des français et de meilleur maire que Xavier Darcos pour le bien des périgourdins."... Allez encore une fois : "Il s'avère tout simplement, qu'en ce moment, je ne vois pas de meilleur gouvernement que celui mené par Nicolas Sarkozy et François Fillon pour le bien des français et de meilleur maire que Xavier Darcos pour le bien des périgourdins."... Ahhhh, comme c'est bon de rire en ces temps de crise..... Oui, Sarkosy et Fillon ont créer le meilleur gouvernement qui soit avec tout ce qu'il y a de meilleur : fermeture de lits d'hôpitaux, augmentation des prélèvements obligatoires, cadeaux en tous genres aux plus riches, coup de massue sur les plus pauvres, expulsion à gogo, travailler plus pour gagner moins.... Oui, c'est le meilleur gouvernement qui soit.....

Commentaire de Blogger Periblog , le 10 septembre 2009 13:54  

__________Merci Anonyme...________
Vous déformez ce que j'avais dit à cette époque. Mon opinion était que Sarkozy était alors le meilleur choix pour la France (un meilleur choix que Sigolene Royale. Il suffit de voir dans quel chaos la gauche se trouve depuis des lustres pour ce rendre compte que j'avais raison. De même que j'avais raison en disant que Xavier Darcos était le meilleur choix pour Périgueux. En ce moment nous aurions un maire qui n'est pas moins que ministre pour l'emploi et qui avait un grand projet de rénovation des vieux quartiers, alors que maintenant... mais ne relançons pas ce sujet, je ne suis pas ici pour faire de la politique. W

Exposition peinture à l'Art Notre pour le club Soroptimist publié le vendredi 19 octobre 2007

La crème de la crème des artistes Périgourdins étaient réunis à l'Art Nôtre ce weekend par le club Soroptimist*. Ce rassemblement était organisé dans le but d'apporter une aide financière aux victimes du cyclone Dean qui a frappé la Martinique en août 2007.
Chaque artiste avait accepté de donner 30% du prix de vente de leurs œuvres au club.

Il y avait beaucoup de monde, et c'était du beau monde !
Club Soroptimist à l'Art Nôtre Octobre 2007 Me voici pointant vers une des peintures qui m'a interpellée le plus. Elle a été peinte par le 'bébé' des peintres présents à cette exposition : Pablo (Correa), fils du célèbre peintre et illustrateur Périgourdin José Correa. Il est lui-même en passe de devenir un des artistes les plus originaux de la région ; et je ne parle pas seulement de son accoutrement vestimentaire... Il a un trait précis et énergique, et c'est cela, bien plus que son choix des couleurs utilisées qui me plaît.
William Lesourd devant les œuvres de Pablo Correa
Club Soroptimist 2007
Vernissage auquel j'étais convié à l'Art Notre - 17 octobre 2007
Pablo Correa devant trois de ses œuvres
Pablo Correa devant trois de ses œuvres à l'Art Notre - 17 octobre 2007
Contactez Pablo Correa sur son site ›


Voici un petit éventail des œuvres mises en vente :
Oeuvre de José Correa
Une œuvre de José Correa - 2007
œvre de José Correa
Une œuvre de José Correa - 2007


œvre de Beni
Une œuvre de Beni - 2007
Sculpture de Brigitte Rey & Sylvie Camus
Une sculpture de Brigitte Rey & Sylvie Camus - 2007


Une Unœvre d'un(e) artiste inconnu
Uneœuvre d'un(e) artiste inconnu - 2007
Une œvre de Marcel Ninot Pajot
Une œuvre de Marcel Ninot Pajot - 2007


œvre de Gilbert PenalvaDeux œvres de Gilbert Penalva
Deux œuvres de Gilbert Penalva - 2007


Désolé Gilbert pour la petite dimension des photos de tes œuvres, mais elles étaient trop floues et ne se prêtaient pas à l'agrandissement.
J'ajouterai le montant de la somme remise au club Soroptimist dès que je le saurai.
Qu'est-ce qu'un club Soroptimist ?
D'après le site officiel des Soroptimists en France, le Soroptimist veut dire « sorores ad optimum » : sœurs pour le meilleur.
Un club Soroptimist est un type d'organisation dont les membres partagent les mêmes valeurs altruistes. Ils se rencontrent régulièrement et mènent des actions caritatives et éducatives, soit par eux-mêmes, soit en finançant d'autres associations.
Je vous invite a visiter le site de l'Union Française du Soroptimist International.

Libellés : , , , , , , ,




Christian Panissaud, artiste peintre publié le vendredi 20 juillet 2007

Christian Panissaud peintre DordogneChristian Panissaud est un homme secret... Un peu à la James Bond auquel on pourrait favorablement le comparer (mais plus encore s'il avait mangé sa soupe quand il était enfant).
Voici un homme qui, à soixante ans, doit assurément plaire aux femmes ; ses paroles et sa discrétion suggèrent des années bien remplies comme celles d'un aventurier. Mais peut-être que sa réticence à me préciser les étapes de sa vie professionnelle n'avait pour but que celui de se rendre plus rugueux à mes yeux et me duper. Ses aquarelles, font penser que l'homme qui les peint est nostalgique ; et nostalgie et sensibilité vont toujours de pair. Elles expriment un passé heureux, où, encore minot, il passait ses vacances à l'île d'Oléron dans les années d'après guerre. C'était l'époque des Coco Bauer et des glaces à l'eau, que nous ont chanté Renaud et Jonasz.

Se sont des anglais, m'a-t-il dit, qui lui ont communiqué leur amour pour l'art et l'ont encouragé, à trente-cinq ans, à devenir peintre paysagiste. Il a depuis longtemps abandonné les paysages et s'efforce désormais à ne prendre pour sujet que les scènes témoins d'un temps pas tout à fait révolu, d'où cette nostalgie dont je parlais à l'instant.

Christian Panissaud peintureAlors, il s'arrête quand il voit une vieille Motobécane garée en face d'une épicerie, dont l'aspect semble avoir était figé dans le temps, ou une de ces vieilles station à essence que l'on peu parfois rencontrer dans les villages de France : ceux d'où la jeune génération s'est enfuie, n'ayant pu résister à l'appel de la ville.

La peinture, vous l'avez deviné, c'est son jardin secret ; et ses sujets que certains qualifieront de pittoresques, sont pour Christian qui les peint, et pour certains de ceux qui les regardent, un moyen de se replonger dans un passé qu'ils ne peuvent revivre autrement que par la mémoire. Je devine de gros soupirs, lorsque Christian est seul et qu'il pose son « martini shaken not stirred » pour se saisir de ses pinceaux... Bonne continuité Christian (et pour de nombreuses années encore), je me suis presque reconnu dans le portrait que je viens de faire de vous.

Christian Panissaud a remporté la médaille d'argent du Grand Prix d'Aquarelle de Bordeaux en 1991 (signé par Chaban Delmas).

Christian Panissaud, Artiste peintre
Aquarelliste
« Lespinadas »
24110 Manzac Sur Vern
Tel : 05 53 54 23 83

Libellés : , , , , ,




Commentaire de Anonymous Anonyme , le 24 février 2010 00:18  

Bonjour Mr Panissaud. Je suis Eddie Marino. J'ai fais ma PMG en 2008 à vos côtés. Je souhaitais juste vous faire un petit coucou des Landes. Si l'occasion se présentait, je serais ravi de vous revoir ainsi que vos peintures. Le proprietaire de la maison que je loue habite à Gardonne. Donc peut etre une chance de se croiser. J ai toujours vos coordonnées téléphoniques. Je vous téléphonnerais si je suis dans le coin. Mes sinceres salutations. E.Marino

Brigitte Mathieu, artiste peintre publié le lundi 16 juillet 2007

Brigitte Mathieu peintre DordogneQue sais-je de Brigitte Mathieu? Pas grand chose en vérité. Je suis venu la photographier elle, et quelques-unes de ses œuvres deux heures avant la fin de son expo à l'Art Nôtre. Le moment était donc mal choisi pour qu'elle m'accorde un véritable entretien. Cependant nous avons prévu de nous revoir au retour de ses vacances en Corse, pour discuter de la construction éventuelle de son site Web (vous verrez qu'en dépit de cela, je ne modère pas mes critiques plus qu'avec un autre artiste).

J'ai eu tout de même le temps de jeter un regard sur ses œuvres. Pas de doutes, Brigitte sait manier la brosse, et surtout elle est rompue à de nombreuses techniques tel que le collage, la peinture à l'huile ou bien encore l'aquarelle. Si bien que je lui ai demandé si, en présentant des peintures faites dans un tel éventail de styles, elle avait cherché à plaire à tout le monde. Elle m'a affirmé que non, et que son art ayant évolué, elle désirait montrer les changements qui se sont opérés depuis qu'elle s'est remise sérieusement à la peinture. Excellente approche.

Britte Mathieu tableau abstraitAlors j'ai regardé plus attentivement les tableaux afin de mieux percevoir cette évolution et je dois dire qu'elle n'était pas tout a fait flagrante, puisque parmi ses dernières œuvres se trouvaient des sujets figuratifs et d'autres qui étaient résolument conceptuels. À mon avis, on ne peut pas se donner à fond dans un style aussi marqué que l'un si on n'abandonne pas l'autre. Peut-être Brigitte cherche-t-elle encore sont style ?

Brigitte Mathieu collageUne autre critique, si j'ose, est que j'ai aimé son graphisme et son utilisation juste de la couleur (sa peinture d'un petit village côtier Corse est admirable), mais son utilisation de l'impasto en se servant d'un médium d'empâtement apposé sur la toile avant de peindre, pour donner du relief a la peinture, n'était peut-être pas nécessaire. Cette technique donne d'ordinaire, un aspect aux peintures un peu faux, presque industriel. Je lui ai dit bien entendu, et puisqu'elle semble avoir une grande ouverture d'esprit et qu'elle est désireuse de parfaire son style, elle en prendra peut-être note.

Bien sûr j'aime l'impasto, le vrai, celui qui provient d'une surcharge de peinture, car cela donne de la force et du caractère à une toile peinte à l'huile. Même si j'admets, que par soucis d'économie, l'on veuille utiliser le médium d'empâtement pour les grands fonds ; il ne devrait surtout pas, à mon avis, être utilisé pour les détails et le sujet principal.

Formation :
  • Lycée Racine à Paris section Arts plastiques
  • Concours général arts
  • Atelier de dessin à Montparnasse - Paris
  • Intégration éducation nationale en 1968
  • Études université Paris 13

Brigitte Mathieu
35, bd Albert Claveille
24000 Périgueux
05 53 53 53 51
06 99 84 53 68

Libellés : , , , , ,




René Ventenat, sculpteur publié le vendredi 6 juillet 2007

Rene Ventenat et sculpturesC'est un jeune homme de 75 ans qui m'a accueilli à l'Art Notre. René Ventenat, crée des formes familières à partir d'objets usuels qui proviennent des fermes et vieilles demeures d'un temps révolu. René Ventenat est un magicien de la ferronnerie, transformant faucilles, crochets et autres objets bizarres en coq majestueux ou en chat droit et orgueilleux. Il crée à force de courbes et de contre-courbes des formes ayant trait a la campagne, aux personnes, animaux et une variété d'autres choses que l'on peut rencontrer au détour d'un chemin, lors de nos pérégrinations dans la campagne périgourdine.

L'Angélus de J. F. Millet qu'il a reproduit a l'aide de je ne sais quels ustensiles de jardinage a attiré mon regard. René a fait preuve d'une grande ingéniosité pour recréer la silhouette de ces deux êtres, qui dans la toile, se recueillent au beau milieu d'un champ alors que sonne l'angélus dans le lointain. J'ai regretté de ne pas pouvoir me l'offrir.

Il puise sa matière première dans un tas de ferraille noble, qu'il a lui même collecté dans des vides greniers de la région ou bien qu'il a découvert à l'entrée de sa cour dans un cageot, laissé là par un habitant attentionné du Grand Brassac. Sans doute avez-vous vu les oeuvres dont il a agrémenté sa colline... Comme d'autres je les ai remarquées, je me suis arrêté quelques minutes, intrigué, puis étonné, avant de repartir amusé.

Au fait, René est à la recherche de fers à boeuf ou à... vache ; et oui mesdames et messieurs : autrefois les vaches étaient aussi utilisées comme bêtes de labour dans le Périgord. Ils ont l'esprit pratique ces périgourdins!

René Ventenat n'a pas toujours était sculpteur. Il était auparavant un ébéniste à l'habileté irréprochable, habité, comme aujourd'hui, par l'envie de sauvegarder ce qui témoigne du passé. Lorsqu'il a enfin pu se retirer d'une vie de travail, il a commencé à collectionner puis à restaurer des objets en fer blanc, cad. des gamelles, pots, écuelles et autres objets qui étaient d'un usage courant pendant les deux ou trois siècles derniers. Il les a cédés au musée de la Ferblanterie de la Tour Blanche (situé entre Périgueux et Angoulême) qui en a fait une exposition permanente. Cette commune, apparement, a d'ailleurs tendance à oublier que René Ventenat en fut un des principaux donateur. La reconnaissance est essentielle, et ceci dans tous les domaines. Rendons à César...

René Ventenat
Lonlaygue
Par Grand Brassac 24350
Tel : 05 53 04 51 96

Libellés : , , , ,




Commentaire de Anonymous Anonyme , le 16 mai 2009 00:17  

J'ai connu René en 1976, alors qu'il était ébéniste et restaurait des meubles avec un savoir-faire extraordinaire.
Je l'ai perdu complètement de vue, ainsi que son épouse Marie-Louise, lorsque j'ai rompu avec leur fille cadette, qui était l'objet de toutes mes attentions.
Cela me fait un choc aujourd'hui, de retrouver son visage sur Internet, presque par hasard. Je souhaite à René du fond du coeur encore de belles années de création et de plaisir dans ses oeuvres. Peut-être me reconnaitra-t-il si je signe seulement de mes initiales, JMM.
Avec toute mon affection.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 24 juillet 2009 16:58  

Bonjour,

J'ai rencontré Mr et Mme Ventenat une fois en Mai 1980.Il m'avait gentimentdonné grattoirs et perçoirs préhistoriques qu'il trouvait alors dans les champs.A cette époque je travaillais aux ACC (PTT)avec sa fille Sylvie.Et je découvre aujourd'hui ses activités artistiques au hasard d'une recherche sur internet.Je souhaite longue vie à ce Monsieur qui porte en lui une part de sagesse puisqu'il a travaillé le bois comme mon Pére.

Michel Berthélemy
Villemomble

Commentaire de Anonymous faugiera , le 16 octobre 2009 00:37  

Bonser Lo René de lo long de l'aiga,
Tes sculptures sont magnifiques et c'est peu dire.
Chercher ne signifie rien en sculpture. ce qui compte, c'est trouver. Cette déviation de Pablo Picasso te sied merveilleusement.
Amistats de La Martinha.
Sergi Faugiera

Colette Moreau, artiste aquarelliste publié le mercredi 27 juin 2007

Colette Moreau AquarelleJ’ai failli passer devant une perle… Comme à mon habitude j’allais jeter un regard très bref et presque dédaigneux aux peintures à l’eau accrochées aux murs de l’Art Notre. J’ai toujours pensé que les aquarelles étaient faites par des femmes ayant au pied du lit, trente six chats et un chapeau de paille à l’entrée de la chaumière (bon enfin, il faut bien se protéger du soleil, mais les chats...).

J’aurais donc vite passé mon chemin, si je ne m'étais arrêté un instant pour discuter avec une femme élancée, élégante à la voix douce et avenante : Colette Moreau, aquarelliste.

Je ne m’étendrai pas ici sur les œuvres de Colette, qui sont assurément exquisent et plaisent énormément à grand nombre de personnes.

Colette Moreau peintre aquarelliste DordogneLa perle rare pour moi n’était cependant pas ce petit lavoir plein d’eau et d’histoires anciennes à raconter, devant lequel Colette s’était un beau jour arrêtée, ou encore ces natures mortes faites à partir des fruits ou des fleurs extraites des arbres et parterres de son jardin. Non, la perle était plus organique encore, plus douce, plus attachante…

J’ai passé une demie heure exceptionnelle à écouter Colette parler avec intelligence d’elle, des autres, de ce que l’art lui apporte et de sa philosophie de la vie. Je ne sais pas si c’était le Yoga ou quelqu’autre discipline spirituelle qui l’a faite ce qu’elle est, mais l’on sens une immense sérénité se dégager d’elle, comme une aura qui vous apaise. Je n'aurais regardé ses œuvres que durant dix minutes (et je le rappelle, je dis cela seulement parce les aquarelles en général, ne m'inspirent pas beaucoup), mais je serais, bien volontiers, resté trois heures à l’écouter si j’avais eu ce temps. On ne peut se lasser de ceux et celles que la vie a éprouvés mais qui ont tout pardonné.

« Peindre, dit Colette, c’est comme une nécessité. C'est une pulsion qui parfois me fait sortir du lit au beau milieu de la nuit, afin de me rendre compte du changement des nuances du médium, après qu’il est séché. Il y a dans cet art, un côté qui nous échappe. Cette nécessité de doser le medium avec justesse et d’avoir le geste à la fois précis et envolé, à chaque touche, au risque sinon de commettre une erreur irrattrapable, de devoir jeter le support et de tout recommencer à zéro. »

C’est dans l’ensemble, ce qui la fascine le plus. C’est aussi ce qui l’a soustraite à l’attraction de la peinture à l’huile qu’elle trouvait pourtant plus sensuelle; appuyant parfois le doigt dans la pâte épaisse et huileuse pour obtenir l’effet désiré. Un geste presque freudien que beaucoup d'artistes font, je le soupçonne, dans le but de ressentir, comme une densité corporelle.

Pourquoi Colette Moreau est-elle allée vers une forme d’art sans compromis comme l’aquarelle ? Pourquoi désirer le risque que cette technique exigeante impose? Nul n’osera sans doute aller trop profondément dans la recherche de la vérité. Car on le sens, cette vérité, si elle n'est plus comme elle l'a été, accablante, n'en est pas moins toujours privée, comme l’artiste qui la détient.

Mais qu'on ne se méprenne pas, Colette Moreau est une femme heureuse et épanouie. C'est indubitablement grâce à l'aquarelle et ses autres occupations, telle que son engagement dans un groupe de conteurs de Chancelade, "Les amis donneurs de mots" (vous avez saisi le jeu de mots bien sûr) qui se réunit le samedi matin toutes les six semaines environ, pour enchanter avec le concours de l'école de musique, une ribambelle de têtes blondes et moins blondes (et leur accompagnateurs) en leur contant d'une manière originale des histoires à faire rêver debout...

Une rencontre donc, à me faire aimer, sinon les aquarelles, du moins les aquarellistes.

Colette Moreau
Aquarelles
46 Chemin des Hauts de Lespinasse
24650 Chancelade
Tel : 05 53 04 77 12

Libellés : , , , , ,




Une petite selection de mes billets



Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

PERIBLOG COMPTE PLUS DE 340 BILLETS...

Voici ci-dessous mes 25 derniers billets. Voir les archives (dans la colonne de droite) pour le reste mois par mois