La guinguette Barnabe lieu nostalgique publié le vendredi 7 août 2009

Ludo et Jean-Christophe au Café de la Place à Périgueux
Ludo et Jean-Christophe se battent contre les éléments et tentent de sauver tous ces objets auxquels la bourrasque soudaine donnait des ailes
On eut pu croire, avec l'averse qui nous est tombée dessus samedi au soir, que le temps allait se gâter et ruiner l'ouverture du MIMOS, à deux journées seulement de là... mais ce ne fut pas le cas et le lendemain déjà le ciel s'était éclairci et l'été prenait de nouveau un aspect rassurant.

La guinguette Barnabé à Boulazac

pêcheur sur une rive de la rivière l'IsleRoute vers la guinguette de Barnabe et l'entréeC'est en passant derrière un paisible pêcheur que j'ai entendu des notes rythmées franchir la rivière. J'ai traversé la passerelle et me suis dirigé vers le son. Au bout d'un chemin goudronné planté de part et d'autre d'une étonnante variété de plantes et d'arbustes, on trouve la guinguette Barnabé, un bâtiment de style art-déco qui fut le lieu de rencontre privilégié pour des générations de Périgourdins. Pour les rencontres, Meetic, Badoo et d'autres sites internet, ont maintenant — un fait désolant — la faveur des jeunes comme des moins jeunes.

La guinguette Barnabé dans la commune de Boulazac aux portes de Périgueux, est un lieu intéressant puisque selon le site officiel du camping du même nom (mêmes propriétaires, la famille Foussard), elle s'est vue décerner en 2008 le Label Patrimoine du XXème siècle par le Ministère de la Culture et de la Communication, pour son intérêt architectural, en tant que témoin de l'évolution technique (première utilisation du béton armé), sociale (apparition des congés payés), économique, culturelle et politique à l'époque de sa construction (années 30) (sic).

Souvent des orchestres égayent ce lieu au décors désuet où viennent se détendre et sans doute se souvenir ceux qui, à l'aube des années 80, échangèrent ici leurs premiers baisers. Un endroit sympathique où il fait bon observer ce qui se passe autour de soi et regarder les canards et canoës passer sur les eaux de l'Isle. Côté service, le jour où je m'y suis rendu, j'ai dû attendre 25 minutes avant qu'on veuille bien s'intéresser à moi et aux deux autres qui s'étaient assis plus tard à ma table. Cependant, l'atmosphère était douce et le cadre agréable, aussi je ne leur tiendrai aucune rigueur pour cette attente.Jazz à la guinguette BarnabéPhilippe Pouchard à la guitare à la guinguette Barnabe le 2 août 2009
Jazz à la guinguette Barnabé avec Philippe Pouchard à la guitare et Patrick Puech à la contrebasse. Quand au batteur, si vous connaissez son nom, n'hésitez pas à me le dire
La guinguette Barnabé à BoulazacLa guinguette Barnabé en direction de Périgueux
En s'orientant vers Périgueux

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous Josie , le 8 août 2009 11:07  

Tu étais tout près de chez moi et, nous aurions presque pu nous y rencontrer ! C'est un endroit où je me rends assez souvent, lorsque j'entends la musique de ma fenêtre .....

Commentaire de Anonymous jean-pierre et danielle , le 8 août 2009 12:25  

Ah...si nous pouvions retrouver les guinguettes, leur atmosphère, la danse, tout simplement le plaisir de vivre....

Pouquoi pas un apéritif " bloggeurs" par une fin d'apres midi d'été????

Commentaire de Blogger Periblog , le 8 août 2009 12:32  

Ce serait avec un immense plaisir... Josie ce joindra à nous j'espère afin que je fasse sa connaissance. W

Commentaire de Anonymous JR , le 14 août 2009 11:56  

Avec Patrick Puech à la contrebasse.

Commentaire de Anonymous josie , le 14 août 2009 22:14  

Avec plaisir William, Jean-Pierre et Danielle pour nous retrouver à barnabé pour un pot d'amitié par une soirée d'été ! Faut juste que nous programmions ce rendez-vous ! Alti peut-être serait aussi de la partie !
Bonne soirée !

Commentaire de Anonymous Aurelien Renault , le 19 février 2010 18:40  

Philippe Pouchard à la guitare,Patrick Puech à la contrebasse .. et Aurelien Renault à la batterie,le temps de 4morceaux ...
http://www.myspace.com/aurelienrenault.
Ceci etant dés lors dit,tres bon moment musical !

Commentaire de Blogger Périblog , le 19 février 2010 19:12  

Merci de nous avoir renseigné Aurélien. W

Escapade à Bergerac publié le mardi 4 août 2009

Peu d'étrangers, peut-être, n'auraient entendu parler de Bergerac si Edmond Rostand n'y avait un jour mis son nez ou du moins celui de son héros, ce cap, que dis-je, cette péninsule. Malin ces statues tout de même, on pourrait croire que Cyrano était un enfant de la ville, pourtant les locaux vous diront sous cape que le personnage, qui a vraiment existé, n'a pas de connexion avec Bergerac.
Mais chut !... gardons cela pour nous.Bergerac et la DordogneJe suis allé vendredi dernier dans cette jolie ville du Périgord Pourpre où le relief plus plat que par chez nous et le climat plus sec rendent les environs propices à la culture de la vigne. Une amie devait y suivre un cours de maquillage dont elle aurait pu se passer et comme elle abhorrait l'idée de faire le voyage seule, m'a proposé de l'accompagner.

Ainsi, pendant qu'elle et les autres élèves se pomponnaient, je suis allé à la recherche d'une paire de chaussures habillées. Ce faisant j'ai pris les quelques photos que vous trouverez plus bas sur cette page.

Bergerac m'est apparue plus touristique que Périgueux. Ce n'est pas une bonne chose. Les troquets dont j'aime tant l'esprit authentique ici, sont presque inexistants dans le centre-ville là-bas. Dans l'endroit où la belle fardée et moi, nous sommes assis pour prendre un verre, la boisson était tépide et la serveuse grimaçante semblait souffrir de contractions douloureuses.

Mais tout n'est pas laid à Bergerac, bien au contraire. En arpentant les rues de la vieille ville, on voit des maisons à colombages qui ont été joliment restaurées et les fenêtres en disent long sur le désir que la ville doit avoir d'être classée parmi les plus fleuries de France... une ville qui vaut le détour et il m'a semblé que sur le plan gastronomique Bergerac faisait pour l'instant la pige à Périgueux. Le fumet provenant de la cuisine d'un des restaurants, le mal-nommé l'Imparfait, juste avant le service, était tout simplement délicieux. La bonne bouffe (à des prix raisonnables), c'est ce qui nous manque encore à nous les périgourdins. Peut-être, et ce ne serait pas un mal, la baisse de la TVA permettra t-elle aux restaurateurs d'envoyer leur chef saucier faire un stage de remise à niveau, d'employer plus de beurre et moins d'huile, de produits plus frais, plus d'épices, du sel de Guérande et toutes ces choses qui, mises à mijoter dans la même casserole, font la différence dans les assiettes. Ce sont des jugements hâtifs, c'est vrai, mais n'ai-je tout de même pas un peu raison ?

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous Anonyme , le 5 août 2009 19:40  

Bjr Monsieur le sympa conteur !! Vos barges sont-telles des gabarres ???

Merci bye
Une fidèle lectrice

Commentaire de Anonymous Josiane , le 11 septembre 2009 16:49  

Merci d'être passé sur mon blog,. Je suis allée dans le Périgord au mois d'aout et nous avons trouvé cette région superbe. Votre diaporama est très beau, j'avais l'impression d'y être à nouveau
Toutes mes amitiés. Josiane

Commentaire de Blogger Rob (ourfrenchgarden) , le 25 septembre 2009 20:58  

Bonjour William

Cyber-chroniqueur sounds so much better than Internet columnist!

I like Bergerac. It deserves more recognition. I'm going to its excellent market tomorrow (Saturday) and then to the Maison des vins for some superb rouge!

Commentaire de Blogger Periblog , le 25 septembre 2009 21:20  

Thanks Rob,
Bergerac is fine, but do you know Périgueux ? Too often overlooked... W

Corneguerre Fete Agricole 2008 les photos publié le samedi 23 août 2008

Vue panoramique de Corneguerre lors de la fête agricole du 9 et 10 août 2008
Vue panoramique de Corneguerre lors de la fête agricole du 9 et 10 août 2008
Le peu de lumière qui filtrait au travers des volets ce matin, donnait l'impression que nous étions déjà au plus profond de l'hiver. Le temps était tout autre voici une quinzaine lorsque Monami et moi sommes allé à un grand rassemblement de matériel agricole ancien.

En dépit d'une organisation exceptionnelle, la fête agricole située aux abords de Corneguerre, un petit village tranquille à quelques kilomètres de Tocane-Saint-Apre, a connu un succès convenable, sans plus.
Messe en plein air dimanche 10 août 2008
Le dimanche 10 août a commencé avec une messe en plein air
Corneguerre, au beau milieu d'une cuvette verdoyante et à peu de distance de la Dronne, est pour moi un havre de sérénité et de beauté pastorale. Ce jour-là, les champs de tournesols contrastaient gaiement avec le vert des prés et l'incommensurable couverture azurée du ciel. C'est ici, que je me rendais certains soirs, été comme hiver, durant les tous premiers dix-huit mois de mon installation dans la région. J'étais envoûté par les couchers de soleils qui peignaient la cime des noyers de dorures éphémères, et par les embrasements finaux qui tiraient le rideau sur un spectacle grandiose auquel ni l'Angleterre, ni même la Haute-Normandie ne m'avaient habitué. Je m'arrêtais au beau milieu de ma boucle Montagrier-Corneguerre-Montagrier et, alors que le soleil était bas sur l'horizon, je ne pouvais retenir cette exclamation : « que c'est beau ! » Une beauté qui doit sans doute beaucoup au respect qu'ont su perpétuer pour leurs terres des générations de paysans périgourdins.Paysages entre Montagrier et Corneguerre - photos prisent en 2005-6
Paysages entre Montagrier et Corneguerre - 2005 ou 2006

Vieille CitroënJe ne « viens pas de la terre » et mon intérêt pour les vieilles machines agricoles est limité à celui que j'éprouve d'ordinaire pour tout objet qui témoigne du passé et attise la mémoire collective. Aussi j'évoluais parmi les dizaines de tracteurs et voitures, supplantés depuis bien longtemps par des engins plus moderne, sans que cela exerce sur moi un envahissant pouvoir nostalgique. Mais je n'y étais pas complètement insensible et surtout il y avait là, matière à intéresser tous les visiteurs, quel que soit leur âge.Machine à faire des ballots
Machine à faire des ballots
En plus de cette exposition nous pouvions observer des chevaux (percherons ?) auxquels des charrues étaient attelées, labourer un champs, laissant des sillons droits de moins de dix centimètres de profondeurs (ce qui est paraît-il est plus sain pour la terre que les sillons profonds d'une vingtaine de centimètres que font les charrues d'aujourd'hui tirées par de puissants tracteurs). Les chevaux étaient conduits par des paysannes et paysans en habits traditionnels.Charrue tirée par des chevaux
Le snack-bar
La buvette où l'on nous a servi avec sourire et amabilité, d'excellents sandwichs, ventrèches, saucisses et frites
Dans l'après-midi du dimanche nous assistions à une curieuse course de rouleurs de barriques digne des jeux Intervilles. Quand on considère le poids de ces objets, je ne doute pas de l'entraînement qu'il aura fallu aux rouleurs pour slalomer entre les cônes sans perdre leur lourde barrique ni leur trajectoire.Course de barriques
Vide grenierPour ceux qui aiment chiner, l'ABCEL avait organisé un vide-greniers situé dans le champs accolé à celui qu'on labourait, de l'autre côté de la route. Sous un soleil qui tapait dur, les exposants s'abritaient à l'ombre de leurs parasols, car les arbres se faisaient rares. Le relatif manque de chineurs a fait quelques mécontents parmi les vendeurs qui avaient l'impression de perdre leur temps. Il est vrai que l'organisation était grandiose, mais l'évènement a attiré peu de monde. Je mets cela sur le compte d'une publicité trop modeste. Peut-être les organisateurs auraient-ils dû envoyer plus de communiqués de presse aux différents journaux de la région (français et anglophones), poster plus d'affiches aussi et effectuer plus de contact à l'avance avec des sites internet d'informations locales tels que le mien. Les périgourdins ont encore beaucoup de difficulté à adopter ce nouveau moyen de communication qu'est l'internet. C'est dommage... mais je crois qu'ils finiront par s'y mettre... quand ils y auront enfin vu leur intérêt.Annie Gruber au vide-greniers de Corneguerre 10 août 2008
Annie Gruber qui a autrefois écrit « La décentralisation et les institutions administratives » publié chez Armand Colin, a pris part au vide-grenier

Dominique Louis photographe aérien
Dominique Louis, photographe aérien. Pour voir (et/ou acheter) d'autres photos sur la fête agricole de Corneguerre, rendez-vous sur le site web de Dominique
Au soir du dernier jour, alors que notre ami Dominique Louis photographe aérien commençait à fatiguer sous le poids de son harnais attaché au grand ballon blanc sévèrement rustiné qu'il avait promené toute la journée au dessus de nos têtes, un jury a décerné le prix du plus authentique tracteur.

Le tracteur gagnant...
Le tracteur qui a gagné le concours... notez le volant accroché au dessus du signe 19
Le gagnant fut le jeune propriétaire d'un très vieux et certainement très authentique tracteur couleur jaune sale, qui ne fut aucunement apprêté ou restauré avant l'exposition (bien que le propriétaire m'ait affirmé le contraire). Si vieux était cet engin, qu'en le manœuvrant, le volant rongé par la corrosion s'est rompu au niveau de son axe...

Je disais à Serge Comte, président de l'ABCEL, combien il serait bon d'avoir chaque année un tel rassemblement à cet emplacement car je le trouve idyllique ; mais il m'a répondu que les contraintes de l'agriculture – ils devraient planter du maïs dans la plupart de ces champs l'an prochain – font que cela ne sera sans doute pas possible.
Les organisateurs de la fête agricole de Corneguerre - ABCEL
La fête agricole de Corneguerre 2008 était organisée par l'association ABCEL dont Serge Comte, élu du Grand-Brassac, est le président (au deuxième rang avec le béret sur la photo).

Visitez le site de Dominique Louis pour visionner plein d'autres photos de la fête. Vous pouvez aussi commander des tirages papier en le contactant par téléphone ou par courrier.
À titre d'indication voici les prix à la date du 23 août 2007 :
  • 10X15 = 5€
  • 15X18 = 9€
  • A4 = 13€
  • A3+ = 25€
Attention le panoramique de Corneguerre a un format particulier. Il peux le sortir en 16,5 X 48 cm (25€), ou en 32,9 X 109 cm (50€)
Autres supports ou formats possibles (posters, laminage, toile, cadres, ...)
AERO-D-CLIC Photographies aériennes par ballon captif
Dominique Louis
Le Pignier - 24460 Agonac
Portable : 06 12 17 38 02
Web : louis.balloide-photo.com

Libellés : , , , , ,




Commentaire de Anonymous beauvert , le 28 août 2008 15:24  

Je me souviens des battages dans les charentes maritimes lorsque j'étais gamin. Les hommes montaient des sacs de pres de 100 kg de blé au grenier par un escalier rude et étroit. Nous, gamins, étions chargés d'apporter le vin aux voisins venus aider dans les champs. Nous en buvions bien un peu..et puis, il y avait les jeunes filles et le plaisir inconnu d'un baiser dans la paille ....

Fete agricole Corneguerre 9 et 10 aout publié le samedi 9 août 2008

Tracteurs anciens

Fête du moissonnage à Saint-Pancrace

Dans un joli village nommé Saint-Pancrace, perdu au beau milieu du Périgord Vert, se tenait fin juillet dernier une fête du moissonnage. Bien que je sois originaire de Normandie, une région de France où l'agriculture revêt une certaine importance, l'invitation de mon ami G à l'accompagner à cette fête m'avait laissé perplexe. J'ai eu comme lui la chance d'être élevé à la campagne, mais tout ce dont je me souviens des moissons sont les énormes moissonneuses-batteuses rouges rentrant à la ferme dans un tintamarre de ferraille mal ajustée, semant sur leur passage les fétus luisants de blé et remplissant l'air du soir des effluves de gasoil et de champs grillés par le soleil.
Batteuse-lieuse
Tracteurs Zetor T35 1948L'engouement que G éprouve pour le vieux matériel agricole m'étonne beaucoup compte tenu du fait que je connais son autre grande passion... mais il est certain que les machines agricoles anciennes éveillent chez lui de profonds et forts souvenirs qu'il est seul à pouvoir comprendre. Touchant...

G était très excité à la vue d'un tracteur fabriqué en République Tchèque en 1948, un Zetor T25 (et quand Zetor...z'ai pas raison, m'a-t-il dit) , parfaitement restauré par Didier Lapeyronnie, mais repeint en marron au lieu du gris d'origine. Cependant ce modèle n'était pas celui qu'il connaissait et aurait préféré se trouver face à face avec le T25 A bleu de son enfance.

2cv deudeuche restauréeMoi qui n'ai pas été aussi profondément marqué par ce genre de machines, je me suis arrêté devant une deudeuche dont la restauration avait été réalisée avec une attention aux détails évidente. Un travail superbe... la voiture de mes rêves après une Porshe, une Mercedes ou une Aston Martin ; l'outil presque essentiel qui complètera la panoplie du citadin désireux de retourner à ses racines.

Grand rassemblement agricole à Corneguerre

Moissonnage à Corneguerre avec ancien matériel agricole - Photo aérienne par Dominique Louis
Moissonnage avec ancien matériel agricole - Corneguerre juillet 2008 - © Dominique Louis
Mais ceci n'est qu'une introduction pour vous signaler le lancement d'une semblable fête ce week-end à Corneguerre, un ancien village situé entre Lisle et la Maison de la Dronne près de Tocane-Saint-Apres ; facile à trouver si vous êtes équipé d'un GPS ou êtes ami avec les corbeaux qui ravitaillent le village (à défaut de cela, vous pouvez jeter un coup d'œil à la carte interactive ci-dessous...)

Voici le programme du premier rassemblement agricole de Corneguerre :
Samedi 9 août :
  • dès 8h : vide-greniers et brocante
  • 14h les machines agricoles sont mises en branle
  • 20h repas champêtre vin compris (18€)

Dimanche 10 août :
  • dès 8h : vide-greniers et brocante
  • 9h messe en plein air
  • 10h30 les battages commencent (blé moissonné trois semaines auparavant). Le blé est passé au concasseur pour produire la farine, qu'un boulanger utilisera pour faire du pain dans un four mis à sa disposition sur les lieux de la fête.
  • buvette, sandwichs etc disponible toute la journée
  • 14h défilé (ou course) de barriques
  • 19h apéro-clôture et remise des récompense et lots
  • de plus il y aura une exposition de voitures anciennes, des jeux pour enfants et une lotterie (billets à gratter)

VENEZ NOMBREUX !


Renseignements association : ABCEL
Serge Comte
Fixe : 05 53 90 42 00
Portable : 06 03 66 29 84

Libellés : , ,




Commentaire de Anonymous Monika , le 11 août 2008 18:35  

pas vraiment top le vide grenier à Corneguerre. Toutes les animations agricoles et démonstrations étaient sûrement très intéressantes pour nos anciens qui ont eu le plaisir de faire un petit retour en arrière, mais pour les pauvres particuliers venus depuis 8 heures le matin, faire leur vide grenier, la journée a été plutôt médiocre, les visiteurs se sont fait rares et les ventes dérisoires... Il me semble qu'il aurait été plus judicieux de ne pas faire tout en même temps, ou alors de ne pas séparer les animations et le vide grenier, chacun d'un côté de la route...

______________Merci pour le commentaire_______________
C'est en effet ce qu'on dit d'autres personnes qui faisaient le vide-grenier. Ça semblait être un évènement de trop.

Le billet avec photos sur la fête agricole de Corneguerre sera publié dans le courant de la semaine...

Inscrivez-vous en envoyant votre adresse email en toute sécurité pour recevoir mes mises-à-jour W

Accordeoniste et petite fille pres de la Maladrerie publié le mercredi 2 avril 2008

Deux canards sur les bords de l'IslesHier, au café Errel du Coderc, j'ai rencontré Maryse, une amie photographe et nous sommes tous deux partis prendre quelques photos sur les bords de l'Isle. Je n'étais jamais allé du coté de « La Maladrerie (deux r) », une maison aux cheminées bizarres, désormais privée et, qui servait autrefois de lieu d'accueil pour les malades, pèlerins et autres sans-abris (et non pas pour les lépreux comme un bon nombre de périgourdins le pensent).

Accordéoniste avec petite fille et chien près de la Maladerie à PérigueuxSur le chemin du retour nous sommes passés entre trois ou quatre maisonnettes. Une d'entre elle avait sa porte ouverte sur la cuisine, et à table était assis un accordéoniste jouant gaiement de son instrument. Maryse et moi avons écouté durant un court instant puis, alors qu'il s'était tu, je luis ai demandé s'il ne verrait aucun inconvénient à ce que je prenne une photo... j'ai attendu quelques instants afin que l'on m'oublie un peu, et voici le résulat (j'ajoute en bonus la photo d'un joli couple de canards...)La Maladrerie à Périgueux

Libellés : ,




Commentaire de Anonymous Maryse , le 2 avril 2008 22:44  

un instantané vraiment sympa , un reflet des bonheurs simples. Bien capté !

Commentaire de Anonymous Clare , le 5 avril 2008 00:11  

I adore La Maladrerie. My Flickr site with many photos of the Dordogne region is
http://www.flickr.com/photos/20406410@N00/

You might like to have a look.

William answers : Thanks Clare I have had a look (I had already seen them) ; they are good.

I wish I had a good picture of the Maladrerie (which belongs to British people I think), but one has to be on the other side of the river for that. I'll go back there. W

Merci Clare, J'ai vu vos photos (je l'ai avait déjà vue) ; elles sont jolies.

J'aurais voulu prendre une bonne photo de la Maladrerie, mais il faut pour cela être de l'autre coté de la rivière. J'y retournerai. W

Une petite selection de mes billets



Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

Téléchargement des signets en cours / Tabs loading

PERIBLOG COMPTE PLUS DE 340 BILLETS...

Voici ci-dessous mes 25 derniers billets. Voir les archives (dans la colonne de droite) pour le reste mois par mois